Jonathan Savard a comme mission de s’impliquer en politique municipale.

Le VP des jeunes péquistes de l’Estrie quitte le navire

Le vice-président des jeunes péquistes de l’Estrie, Jonathan Savard, quitte ses fonctions. Celui qui a été connu comme attaché de presse du candidat Guillaume Rousseau lors de la dernière campagne électorale provinciale veut maintenant s’impliquer à titre de citoyen engagé au palier municipal.

« La marque de commerce du Parti québécois est durement entachée, considère le jeune homme de 21 ans, qui a occupe sa fonction de VP depuis deux ans. Pendant la campagne électorale, je remarquais que les électeurs se fermaient lorsqu’on parlait du PQ. On essayait de leur parler de nos bonnes idées, ils étaient en accord. Ils étaient en accord avec notre programme, mais pas avec notre parti », dit-il, ajoutant que l’emploi de Guillaume Rousseau à la CAQ comme conseiller n’a pas influencé sa décision.

À lire aussi: 

Conseil national du PQ: tout pourrait changer, sauf la souveraineté

Rebuffade pour les jeunes péquistes en vue du congrès de l’automne

Un chef du PQ aussi élu par des non-membres, propose Hivon

M. Savard décrit le PQ comme étant « un parti dont on ne peut pas prononcer le nom ». « C’était pas mal la même chose pour les jeunes. Quand on leur parle d’indépendance, ils sont curieux et intéressés, mais quand ils entendent le nom du PQ, ils décrochent immédiatement ».

La deuxième raison du départ de M. Savard, ce sont les structures du parti. « C’est ce qui fait que le parti ne peut pas se renouveler. Le PQ a passé beaucoup de temps dans Montréal-Ouest, où on n’avait aucune chance de remporter. C’est à cause des structures. Je ne peux pas voir comment on peut penser aspirer à gouverner alors qu’on ne peut pas se gouverner nous-mêmes », affirme-t-il.

« Pendant un congrès auquel j’étais allé, les délégués avaient voté contre une résolution qui visait à donner plus d’autonomie à la jeunesse du parti », cite-t-il en guise d’exemple.

Municipal

Depuis quelques mois, Jonathan Savard s’aperçoit que la politique municipale est plus intéressante que ce qu’il pensait. « On dit souvent que le fédéral a l’argent, que le provincial a les compétences et que le municipal a les problèmes. Moi, je pense que le municipal a aussi beaucoup de solutions. Comme citoyen engagé, je vais continuer à m’impliquer au municipal », assure-t-il.