Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
François Asselin.
François Asselin.

Le jury est sélectionné au procès de François Asselin

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
La sélection du jury au procès de François Asselin est maintenant complétée, de sorte que la juge Manon Lavoie sera en mesure de donner ses directives préliminaires à compter de ce mardi 4 mai au palais de justice de Trois-Rivières.

Dans le respect des directives sanitaires, les candidats ont défilé pendant une bonne partie de la journée devant le tribunal afin de répondre à certaines questions sur leur profession, leur degré de connaissance de la cause ainsi que leur capacité à juger l’affaire avec impartialité.

Bien que généralement un jury regroupe 12 personnes, il a été décidé d’ordonner la sélection de 14 jurés cette fois-ci puisqu’il s’agit d’un procès qui va durer deux mois. Cette mesure permet de s’assurer que le départ de jurés pour des raisons de santé ou des considérations familiales ne compromette pas le procès.

En suivant les instructions de la juge, le jury aura donc la tâche de déterminer de façon unanime la culpabilité ou la non-culpabilité de François Asselin, 38 ans.

Rappelons que ce dernier est accusé du meurtre au second degré de son père Gilles Giasson, 67 ans, et d’outrage à son cadavre en mai 2018 à Trois-Rivières. Ses restes avaient été retrouvés en partie lors d’une fouille policière menée quelques jours plus tard au site d’enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès.

Le suspect est également accusé du meurtre au second degré de son collègue de travail, François Lefebvre, à Sherbrooke et d’outrage à son cadavre. Le corps avait été retrouvé dans le stationnement de l’entreprise Ovation du parc industriel de Sherbrooke le 17 mai 2018.

Le suspect assiste évidemment aux audiences dans le box des accusés. Tout semble indiquer que ses avocats, Me Véronique Robert, Me Caroline Monette et Me Roland Roy, pourraient invoquer une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux.

Une fois que les directives préliminaires en droit auront été données par la juge, la Couronne, représentée par Me Benoît Larouche et me Catherine Lemay, s’adressera au jury pour lui faire un exposé des faits.

Une cinquantaine de personnes seront ensuite appelées à témoigner au cours des prochains jours.