Les Canadiens découvriront mardi matin la nouvelle interprétation que fait Santé Canada.

Le Guide alimentaire reflète une nouvelle approche de Santé Canada

MONTRÉAL — Le nouveau Guide alimentaire canadien se distancie des groupes alimentaires et des portions, pour s'attarder à des directives générales, dont celles de manger davantage de protéines d'origine végétale et de boire plus d'eau.

À LIRE AUSSI Le nouveau guide alimentaire suscite la controverse

Le guide alimentaire que la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas-Taylor, dévoile à Montréal mardi reflète une nouvelle approche de Santé Canada, qui vise à promouvoir un mode de vie plus sain et de meilleurs choix alimentaires, plutôt que de mettre l'accent sur les portions et certains aliments en particulier.

Le guide recommande aux Canadiens de manger des légumes, des fruits et des grains entiers, et de consommer des légumineuses, des noix et du tofu plus régulièrement.

On conseille aussi de choisir l'eau comme breuvage de choix.

Les recommandations mentionnent aussi des aliments qui sont nocifs pour la santé et qui pourraient entraîner des maladies chroniques. Le guide dissuade ainsi les gens de manger des aliments transformés et préparés dont la composition est élevée en sodium, en sucre et en gras saturés. Il y a aussi une mise en garde sur la consommation d'alcool.

De nouveaux messages sont aussi inclus dans le guide, qui recommande aux gens de prendre leurs repas avec d'autres personnes.

À LIRE AUSSI: Je me sens vieux et irrécupérable - La chronique de Patrick Duquette

Les nouvelles directives ont été élaborées avec des experts en science et en santé. Les acteurs de l'industrie ont été exclus pour éviter l'ingérence politique.

«Les risques alimentaires sont l'un des trois principaux facteurs de risque pour le fardeau des maladies chroniques au Canada. Cependant, la science de la nutrition est complexe et la majorité du temps, envoie des messages contradictoires. C'est pourquoi les Canadiens ont besoin d'informations crédibles sur l'alimentation saine pour guider leurs choix alimentaires», a expliqué Hasan Hutchinson, directeur général du bureau de la politique et de la promotion de la nutrition de Santé Canada.

M. Hutchinson a indiqué que des ressources en ligne, adaptées aux appareils mobiles, avaient été conçues pour répondre aux besoins du public, des législateurs et des professionnels de la santé.

«Le guide continue de fournir des conseils sur ce qu'on mange, mais il met aussi l'accent sur le fait qu'une alimentation saine est bien plus que la nourriture qu'on mange», a-t-il expliqué.

En éliminant des recommandations d'aliments et de portions, le guide n'affiche plus les produits laitiers comme un groupe alimentaire distinct.

L'intention de Santé Canada n'était pas d'éliminer le lait, a assuré M. Hutchinson, précisant que des produits laitiers faibles en gras, en sodium et en sucre étaient toujours dans la liste de produits recommandés.

Les informations préliminaires selon lesquelles le nouveau guide ferait la promotion des protéines végétales ont déjà suscité les critiques de producteurs laitiers et bovins, qui s'inquiètent des impacts à long terme.

Plus tôt ce mois-ci, les Producteurs laitiers du Canada ont dénoncé cette décision, qui pourrait selon eux avoir des effets négatifs sur les prochaines générations et nuire à un secteur «qui continue d'être affecté par les concessions accordées dans les récents accords commerciaux».

Le document publié mardi n'est qu'une infirme partie des recommandations de Santé Canada sur la consommation d'aliments sains. Un rapport rédigé par des professionnels de la santé et des décideurs politiques doit être rendu public plus tard cette année. Il contiendra plus de détails pour créer des menus ou des diètes dans les hôpitaux, les écoles et les résidences pour aînés.