Un violent incendié a ravagé le Domaine Eastman lundi après-midi. La cause du sinistre demeure inconnue pour le moment.

Le Domaine Eastman rasé par les flammes [VIDÉO]

Un incendie d’une rare intensité a complètement rasé lundi après-midi le Domaine Eastman, une auberge de 26 chambres qui recevait uniquement des groupes. La quarantaine de pompiers dépêchés sur les lieux ont fait de leur mieux, mais ils ont rapidement constaté leur impuissance devant la force du brasier.

Les pompiers d’Eastman ont été assistés par des confrères de Magog, Waterloo et Austin. Six camions-citernes ont été utilisés pour combattre les flammes. Les pompiers allaient puiser l’eau dont ils avaient besoin dans le lac d’Argent, situé à quelques kilomètres du lieu de l’incendie.

Uniquement trois employés se trouvaient à l’intérieur de l’auberge quand le feu a pris naissance. Ils n’avaient pas encore vu aucune flamme ni senti de fumée quand ils ont été informés qu’un sinistre les menaçait vers 13 h.

« L’alarme a sonné et une des personnes de la centrale, où sont reçus tous les signalements, nous a appelés pour vérifier ce qui se passait. On a fait une inspection sans observer de problème, mais on est tout de même sortis par mesure de sécurité et les pompiers ont été alertés. Le feu a vite évolué par la suite », raconte Christian Lepage, un des employés du Domaine Eastman.

M. Lepage souligne qu’une fumée a commencé à s’élever au-dessus de l’auberge une fois celle-ci évacuée. « Les pompiers ont mis une quinzaine de minutes avant d’arriver. Pendant qu’on les attendait, la fumée a changé de couleur », note-t-il.

Chef du service de protection contre les incendies d’Eastman, Daniel Lefebvre confie qu’à l’arrivée des premiers pompiers, le feu s’était déjà propagé à l’intérieur et s’était infiltré dans l’entretoit. « C’était un vieux bâtiment dans lequel il y avait eu des rénovations à plusieurs reprises. C’est le genre d’édifice où la propagation des flammes se fait rapidement », remarque-t-il.

L’attaque des pompiers aurait sans doute été plus agressive dans les premiers instants après leur arrivée. Cependant, les sapeurs ont été forcés de procéder avec la plus grande prudence pendant un long moment parce qu’une bonbonne de propane de 1000 litres, rattachée au bâtiment, risquait de leur éclater au visage. « Ça nous a obligés à garder nos distances », concède M. Lefebvre.

Une reconstruction?

Propriétaire du Domaine Eastman, Serge Thibodeau a assisté impuissant à la destruction de son auberge lundi après-midi. Il a rapidement songé à ses employés et à sa clientèle lorsqu’il s’est aperçu de la gravité de la situation.

« C’est très dur pour les employés et pour les clients qu’on devait recevoir dans les prochaines semaines. On avait des clients qui revenaient. On fera un effort pour aider ceux qui seront mal pris à trouver un autre endroit pour leur rencontre », indique M. Thibodeau.

Sous le choc en raison des dommages causés par le sinistre, le propriétaire du Domaine Eastman se déclare toutefois soulagé parce que « personne n’a été blessé lors de l’incendie. Les conséquences auraient pu être beaucoup plus graves, si le feu avait éclaté à un autre moment ».

Serge Thibodeau affirme que l’édifice incendié était en très bon état « à tout point de vue », malgré que la construction de son corps principal remonte à 1903. Notons qu’à l’origine le bâtiment était une simple grange. Le chanteur français Jean Rafa aurait modifié sa vocation au début des années 1980.

Quoi qu’il en soit, M. Thibodeau n’a pas l’intention de s’apitoyer sur son sort. Il entend en effet entamer des démarches dans le but de reconstruire son auberge à court terme. « Ça fonctionnait bien et j’ai de bonnes assurances alors j’ai le goût de continuer. On aura un très beau bâtiment une fois la reconstruction effectuée. »