L'ex-maire Jean Tremblay

Le conseil le plus «incompétent»

L’ex-maire de Saguenay, Jean Tremblay, poursuit la défense de Promotion Saguenay et de son administration municipale tout en qualifiant l’actuel conseil du « plus incompétent jamais élu ».

M. Tremblay avoue qu’il n’en peut plus d’entendre les mots scandales, mise en tutelle, favoritisme et détournement de fonds entourant l’administration de Promotion Saguenay et des organismes comme les Mille Lieux de la Colline. 

Selon lui, Promotion Saguenay est l’organisme « le plus propre existant et doté de personnel compétent ». « Je prédis que le ministère des Affaires municipales ne trouvera pas une tache dans Promotion Saguenay. »

Il s’attaque particulièrement au conseiller Michel Potvin. Selon Jean Tremblay, le nouvel élu vient des conseils d’administration et affirme qu’un organisme comme les Mille Lieux de la Colline ne fait pas de reddition de comptes, émet des chèques comme s’il s’agissait d’un bar ouvert. Il ajoute que ces affirmations sont fausses puisque l’ex-comité exécutif effectuait régulièrement des redditions de compte. 

« Auparavant, il existait un Conseil du Trésor et on s’était entourés de bénévoles. Michel Potvin administre 330 M$ et dit qu’il n’a pas besoin d’aide. Mme Néron disait qu’elle allait former des comités de sélection pour les nominations. À date, y’en n’a pas eu. [NDLR: La Ville a publié une offre d’emploi pour le poste de directeur de l’arondissement de Jonquière.] La Ville est en danger, je vous le dis. C’étaient des gens qui disaient qu’il fallait être transparent. »

Ghislain Harvey

Au sujet du contrat de Ghislain Harvey et de la contribution de Promotion Saguenay à hauteur de 1,4 M$ sur deux ans (sans participation financière du cadre), M. Tremblay affirme que tous les cadres de la Ville prennent des retraites millionnaires puisqu’aucun ne repart avec des revenus annuels en deçà de 70 000 $.

Selon lui, le fait de contribuer à la caisse de retraite sur deux ans plutôt que sur 35 ou 40 ans ne change rien. « Que tu payes ta maison cash ou sur 20 ans, c’est pareil. Ghislain Harvey voulait avoir les mêmes conditions que les cadres de la Ville. Ils ne trouveront rien. »

M. Tremblay précise qu’il a lu le contrat de Ghislain Harvey et n’admet pas que le préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, Gérald Savard, a été forcé de le signer. « Je vois bien qu’il veut se sortir du trouble. C’est l’avocat Pierre Mazurette qui a présenté le contrat. Si pour lui c’était nécessaire de le lire, il n’avait qu’à le lire. Un administrateur qui sort une niaiserie de même ... »

Il ajoute que le nouveau directeur par intérim de Promotion Saguenay, Arthur Gobeil, un comptable agréé d’expérience, ne trouvera rien dans les livres de l’organisme, pas plus que les vérificateurs du ministère.

Il rappelle que Promotion Saguenay était doté d’un conseil d’administration formé de 19 personnes, des gens d’affaires qui posaient des questions au sujet des affaires de l’organisme. Il affirme que seule Carolle Dallaire « n’a rien compris dans le fonctionnement de l’organisme ».