La gardienne de 32 ans, originaire de l’Alberta, a effectué un beau plongeon pour stopper la tentative de Hanna Glas et Jessie Fleming a touché la cible pour offrir la victoire au Canada.

Le Canada s’attend à un duel serré contre la Suède lors de la ronde des 16

PARIS — La dernière fois que Stephanie Labbé a affronté la Suède, le Canada avait gagné 6-5 en tirs de barrage pour terminer en troisième place de la coupe Algarve.

La gardienne de 32 ans, originaire de l’Alberta, a effectué un beau plongeon pour stopper la tentative de Hanna Glas et Jessie Fleming a touché la cible pour offrir la victoire au Canada.

Lundi, les Canadiennes croiseront le fer avec les Suédoises lors de la ronde des 16 de la Coupe du monde de soccer féminin et Labbé s’attend à un match aussi serré que celui du mois de mars, au cours duquel il n’y avait eu aucun but avant les tirs de barrage.

«On dirait que chaque fois que nous jouons contre la Suède, c’est un affrontement égal, a mentionné Labbé. Je crois que nous nous attendons à quelque chose de semblable. Évidemment, le dernier match a nécessité les tirs de barrage. Espérons que celui de lundi n’en aura pas besoin.»

L’équipe canadienne féminine montre un dossier de 5-12-3 contre la Suède, mais elle revendique une fiche de 3-2-3 lors des huit derniers duels, si on remonte à novembre 2011.

«C’est une équipe qui élève toujours son jeu d’un cran dans les tournois de renom, a affirmé la capitaine du Canada, Christine Sinclair. Elles ont gagné la médaille d’or aux derniers Jeux olympiques. C’est une équipe de classe mondiale, qui est bien organisée et qui compte sur de très bonnes joueuses.»

Le Canada a remporté la médaille de bronze lors des Jeux olympiques de Rio, défaisant le Brésil 2-1 pour grimper sur le podium après s’être incliné 2-0 contre l’Allemagne en demi-finales. Les Allemandes ont ensuite vaincu les Suédoises 2-1 pour mettre la main sur la médaille d’or.

Ironiquement, l’Allemagne attend les gagnantes de la partie de lundi au Parc des Princes, à Paris.

Les Allemandes ont blanchi le Nigeria 3-0 lors du premier match de la phase éliminatoire, samedi, et elles se reposeront jusqu’au 29 juin, pour les quarts de finale à Rennes.

L’entraîneur-chef du Canada, Kenneth Heiner-Moller, n’a pas parlé aux journalistes samedi. Sinclair, Desiree Scott et Allysha Chapman n’ont quant à elles pas pris part aux échauffements.

«Il y a un groupe de joueuses de plus de 30 ans qui obtient une journée de congé tous les quatre jours», a déclaré en riant Sinclair, qui portait un bandage à la cheville droite.

Les représentantes de l’unifolié ont amorcé leur tournoi avec une victoire contre le Cameroun et la Nouvelle-Zélande, mais elles ont courbé l’échine contre les Pays-Bas pour clore la ronde préliminaire.

La Suède a signé une victoire contre le Chili et la Thaïlande avant de perdre 2-0 contre les Américaines.

Sinclair a fait valoir que son équipe avait tiré des leçons de sa défaite contre les Néerlandaises.

«Nous avons regardé le match à nouveau. Il y a certains points que nous devons améliorer si nous voulons avancer dans le tournoi», a-t-elle indiqué.

Avant la partie contre les Pays-Bas, les Canadiennes n’avaient alloué qu’un seul but à leurs 10 dernières sorties. Labbé a essuyé quelques critiques sur le but victorieux, alors qu’elle a été incapable de mettre la main sur un centre, permettant à Lineth Beerensteyn d’enfiler l’aiguille.

Les joueuses du Canada restent néanmoins derrière leur gardienne, qui a réalisé 31 blanchissages en 64 apparitions en carrière.

«Il arrive un moment dans chaque tournoi où la gardienne doit te sauver. Nous avons toute la confiance du monde en Stephanie, a dit Sinclair. Elle a fait le travail pour nous à Rio et elle est d’une influence calme à l’arrière. Si nous accordons une ou deux occasions de marquer, nous avons pleinement confiance qu’elle va bloquer le ballon.»