Le Canada et les États-Unis négocient la levée des tarifs sur l'aluminium et l'acier

OTTAWA - Le Canada et les États-Unis négocient la levée des tarifs douaniers qu’ils se sont réciproquement imposés sur leurs importations d’acier et d’aluminium, et visent un accord avant la signature du nouveau traité de libre-échange nord-américain fin novembre, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Sous l’impulsion du président Donald Trump, Washington impose depuis le 1er juin des taxes de 10% sur l’aluminium canadien et de 25% sur l’acier canadien dans un geste inédit contre son voisin et premier partenaire commercial. Ottawa a répliqué début juillet avec des mesures réciproques.

Après s’être entendus le 30 septembre sur un accord de libre-échange nord-américain renégocié et rebaptisé Accord États-Unis-Mexique-Canada (Aéumc), Ottawa et Washington veulent maintenant régler la question de ces taxes.

«Les discussions se concentrent sur l’accord du Canada pour des quotas sur les exportations de ces métaux vers les États-Unis en échange de la levée des tarifs douaniers par l’administration Trump», rapporte vendredi le journal canadien The Globe and Mail, citant cinq sources dans les deux pays.

Interrogé sur ces informations, un haut responsable canadien ne les a pas démenties à l’AFP. «Nous poussons pour un accord le plus tôt possible», a-t-il remarqué.

«Il n’est pas surprenant que des discussions soient en cours puisque l’Aéumc définit comment encadrer le commerce avec l’article 232», a observé à l’AFP une source dans l’entourage du secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross.

Cet article 232, contenu dans une loi de 1962, autorise le président américain à limiter l’importation de certains produits au nom de la sécurité nationale du pays. Donald Trump s’en est servi pour imposer ces mesures douanières sans consulter le Congrès.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a qualifié d’»insultant» le recours à cet argument de sécurité nationale par son voisin.

Mais avec la conclusion d’un accord sur l’Aéumc, les tensions diplomatiques ont diminué et c’est dans ce contexte que les discussions sur l’acier et aluminium ont repris la semaine dernière.

La ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland et le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer, qui ont piloté le dossier de l’Aéumc, «se sont entendus sur la nécessité de trouver un accord» lors d’un repas au domicile de Toronto de Mme Freeland, selon le Globe and Mail.

Un accord sur l’acier semble compromis avant le 6 novembre, date des élections américaines de mi-mandat, mais «pourrait être possible sur l’aluminium», affirme le quotidien canadien, selon qui «l’objectif est de trouver un accord avant la signature de l’Aéumc fin novembre».

Le président Trump souhaite la conclusion d’un tel accord avant les «midterms», selon le média Politico, affirmant que la Maison-Blanche est prête à consentir de «généreux quotas» pour accélérer les négociations.

«Le meilleur résultat pour les deux pays serait que les États-Unis annulent leurs tarifs injustes et illégaux», a observé à l’AFP le porte-parole de Mme Freeland, Adam Austen.