L’armée canadienne devra travailler fort pour atteindre son objectif de recrutement de femmes

Lee Berthiaume
La Presse Canadienne
OTTAWA — Selon une étude interne du ministère de la Défense nationale, les Forces armées canadiennes (FAC) devront presque doubler le nombre de femmes qu’elles ont recrutées dans les dernières années pour atteindre leur objectif de les voir former le quart du personnel militaire d’ici 2026.

L’étude préparée par Recherche et développement pour la défense Canada, qui est le bras de recherche du ministère, indique que l’armée devra recruter environ 3500 femmes chaque année pour respecter sa propre échéance interne.

La Presse canadienne a obtenu cette étude en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Au cours de la dernière décennie, l’armée n’a jamais recruté plus de 1850 femmes en une seule année. Bien que l’étude ne parvienne à aucune conclusion quant à la faisabilité d’atteindre cet objectif, les chiffres suggèrent que les Forces pourraient avoir du mal à déclarer mission accomplie.

«Bien qu’il y ait eu une légère augmentation du nombre et de la proportion de femmes recrutées dans les FAC au cours des trois dernières années, il n’a pas atteint le niveau nécessaire pour faire en sorte que les femmes représentent 25 % des FAC d’ici 2026», a indiqué le porte-parole du ministère, Derek Abma, dans un courriel.

La volonté d’accroître la représentation des femmes dans les Forces découle d’un ordre que le chef d’état-major de la Défense du Canada, le général Jonathan Vance, a donné en février 2016, peu de temps après avoir pris le commandement de l’armée. Il a affirmé qu’il voulait qu’un membre du service sur quatre soit une femme au cours de la prochaine décennie.

De nouveaux chiffres, cependant, montrent qu’il n’y a eu que des progrès minimes au cours des quatre années écoulées, le pourcentage de femmes en uniforme étant passé de 15 %, lorsque le général Vance a donné sa directive, à 15,9 % le mois dernier.

L’armée a eu beaucoup plus de succès en ce qui concerne la représentation des minorités visibles, qui est passée à 9,2 % de l’ensemble des militaires, contre 7,4 % en janvier 2017. L’objectif des Forces est de 11,8 %.

Le pourcentage d’Autochtones est demeuré pratiquement inchangé à 2,8 %. L’objectif est de 3,5 %.