Pas moins de 61 bébés ont été allaités simultanément en plein milieu de Place Fleur de Lys, samedi.

L'allaitement en public encore mal vu

Si l’allaitement en public est de plus en plus accepté, le jugement et les regards restent.

«Il y a encore beaucoup de tabous, surtout quand on allaite des enfants plus vieux, il y en a qui allaite encore en âge scolaire. Il y a eu beaucoup d’amélioration, mais il y a encore des préjugés. Tu vas avoir des femmes avec de gros décolletés et c’est correct, mais une femme au sein avec un col roulé, ça va choquer. Ça arrive encore», soutient Julie Veillette, organisatrice bénévole du Défi Allaitement.

L’évènement avait de nouveau lieu à la place Fleur de Lys samedi. Pas moins de 61 bébés ont été allaités simultanément en plein milieu du centre d’achat. L’activité a pour but de promouvoir et soutenir l’allaitement, en plus de fournir tous les renseignements nécessaires aux mamans. 

La sensibilisation reste la meilleure option pour changer les mœurs. Le changement se fait sur une longue période de temps.

Pas de règles

Une autre organisatrice, Adeline Fonteret, déplore qu’il y ait encore beaucoup de mères qui restent enfermées chez elle pour allaiter.

«Ça fait huit ans que je suis dans le milieu, il y a beaucoup de choses qui ont changé, on s’accepte de plus en plus en tant que femmes. On met nos culottes. C’est notre maternité, on en fait ce qu’on veut», indique-t-elle. 

Aucun âge maximum n’est défini pour l’allaitement. Et allaiter en public demeure un droit fondamental.

«Il n’y a pas de règles. Il faut arrêter de se faire regarder bizarrement. Ça ne choque personne de voir un enfant de 6 ans boire un biberon de lait, pourquoi ça devrait choquer de le voir prendre encore le lait de sa mère? À chacune ses valeurs et son besoin, que la maman sente le besoin d’allaiter son enfant 6 mois, 1 an ou 3 ans, elle ne doit pas se sentir jugée», termine Mme Fonteret.