Labeaume favorable aux potagers en façade... avec le soutien de ses collègues

«Ça fait des années que je suis d’accord avec ça.» Le maire de Québec, Régis Labeaume, a réitéré son appui aux potagers en façade dans la capitale, mais indique être sensible à la position de ses collègues, alors que certains seraient moins à l’aise sur la question.

«Dans mon caucus, les membres de mon exécutif, ce n’est pas clair. Il y a des gens [à Québec] qui pensent que “le dictateur” décide tout, ce n’est pas vrai. Moi, personnellement, je serais pas mal favorable [de permettre les potagers en façade des résidences], mais je veux être sûr que ceux qui sont mes collègues de travail soient d’accord, parce qu’ils entendent souvent des contraires, des expériences très douloureuses pour des voisins jusqu’à date, et c’est ce qui reste.»

Actuellement, le Règlement d’harmonisation sur l’urbanisme de la Ville permet aux citoyens de cultiver leurs légumes dans «la cour avant secondaire, une cour latérale et la cour arrière», mais «la cour avant principale» est cependant exclue.

«Le problème de ce dossier-là, c’est qu’il y a des gens qui se comportent très bien et des gens qui se comportent très mal. Quand tu as un voisin qui fait pousser plein de choses et qui ne s’occupe pas de son terrain, c’est vraiment extrêmement désagréable […] mes collègues me relatent des expériences douloureuses pour leurs commettants et on est obligé de tenir compte de ça», souligne Régis Labeaume. Les conseillers «ont le pouls de la population et je peux vous dire que le monde n’est pas d’accord avec ça, parce qu’il y a eu des expériences malheureuses», ajoute-t-il.

À LIRE AUSSI: Cultivateur urbain mis à l'amende

Le maire de Québec soulève aussi la complexité de réglementer les potagers en façade. «Ou tu permets, ou tu ne permets pas. Mais se mettre à réglementer ça, c’est infernal. Admettons qu’on se met d’accord [pour permettre], je n’ai pas le goût d’avoir cinq pages de règlements, on n’y arrivera pas.»


« Quand tu as un voisin qui fait pousser plein de choses et qui ne s’occupe pas de son terrain, c’est vraiment extrêmement désagréable […] Mes collègues me relatent des expériences douloureuses pour leurs commettants et on est obligé de tenir compte de ça. »
Le maire Régis Labeaume

Il y a quelques jours, la vice-présidente du comité exécutif Marie-Josée Savard, responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, indiquait au Soleil que si la réflexion de la Ville penche en faveur de permettre les potagers en façade, un règlement pourrait être prêt aussi tôt que l’an prochain. Une affirmation que confirme le maire Labeaume, avec un bémol : «Si on décide de le faire, il ne faut pas trop le réglementer. On essaie justement de diminuer le nombre de règlements, on ne commencera pas à réglementer quelque chose d’aussi compliqué que ça». 

Rappelons que plusieurs municipalités dans la province permettent les potagers en façade, notamment Lévis, Drummondville, Granby, Sherbrooke, Victoriaville, Rimouski et Saint-Bruno. Certaines ont dû changer leur réglementation, alors que d’autres n’avaient pas d’interdiction spécifique à ces aménagements.

À LIRE AUSSI: Un air de déjà-vu pour Drummondville