Le Colisée de Québec

La Ville de Québec fixe son prix pour les bancs du Colisée

La Ville de Québec vendra aux particuliers les quelque 4000 bancs blancs d’époque toujours au Colisée 60 $ pour une paire. Les 11 000 sièges plus récents seront quant à eux offerts au même prix à des «organisations» comme des institutions d’enseignement.

«On va les faire payer pas cher», a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume, en marge d’un point de presse jeudi. «On va faire l’opération avant la fin octobre si tout va bien».

Depuis qu’il a invité les intéressés à se manifester, la Ville a reçu plus de demandes qu’il y a de bancs dans l’ancien amphithéâtre, a-t-il ajouté. Autour de 500 individus ont réclamé un total de 2000 bancs. En plus, plusieurs organisations ont manifesté un intérêt pour en obtenir 16 000.

Certains d’entre eux devaient toutefois espérer que les objets de convoitise seraient donnés, souligne le maire. Il fait cependant remarquer qu’il y a des frais inhérents à l’enlèvement et à la manutention des bancs. «Il y a un coût à dévisser ça.» Les 30 $ réclamés serviront donc à en éponger une partie. «Notre opération totale coûte plus cher que ça.»

Les particuliers pourront acheter les bancs blancs de l’époque des Nordiques. Ils ne pourront toutefois en réclamer plus d’une paire ; la Ville veut ainsi éviter que des citoyens rusés mettent la main sur de gros lots pour les revendre en ligne par la suite.

Les organisations, comme le PEPS de l’Université Laval, qui seraient toujours intéressées pourront mettre la main sur les bancs bleus, plus récents et rembourrés.

À modifier

Attention toutefois, les bancs ne peuvent être simplement déposés par terre comme une chaise. Ils sont conçus pour être boulonnés par l’arrière. Les particuliers devront donc les modifier avant de pouvoir les installer dans leur salon.

Le maire Labeaume affirme que les bancs plus récents auraient une valeur de 150 $ à 200 $ s’ils étaient neufs.

La Ville n’a par ailleurs pas décidé encore quand le Colisée sera démoli. Les premiers appels d’offres pour le démantèlement de structures intérieures pourraient toutefois être publiés cet automne.

À LIRE AUSSI:

Le PEPS intéressé par 2000 bancs du Colisée