Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le lancement du livre de la Sherbrookoise Édith Blais, <em>Le sablier, otage au Sahara pendant 450 jours, </em>est reporté au 17 février.
Le lancement du livre de la Sherbrookoise Édith Blais, <em>Le sablier, otage au Sahara pendant 450 jours, </em>est reporté au 17 février.

La sortie du livre d’Édith Blais repoussée [VIDÉO] 

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Le récit des 450 jours de captivité de la Sherbrookoise Édith Blais, enlevée au Burkina Faso en décembre 2018, subit lui aussi les effets du confinement. En raison du contexte actuel, la sortie du livre Le sablier, otage au Sahara pendant 450 jours, est reportée au 17 février. Le livre dans lequel l’ex-otage se raconte devait initialement se retrouver sur les tablettes le 20 janvier.

Le court communiqué annonçant le retard de la publication, diffusé mercredi, est accompagné d’une bande-annonce. 

« La route s’est assombrie tout d’un coup et mon sang s’est glacé. Six hommes enturbannés nous attendaient, des fusils kalachnikov à la main », dit une voix au début de la vidéo, qui semble relater des propos pigés à différents moments de l’interminable détention. 

Dans ses mots, Édith Blais raconte qu’elle se souviendra toujours du regard qu’elle a alors échangé avec son ami Luca Tacchetto. « Serait-ce possible que nous soyons au bout de notre destination? Au bout de notre vie? », demande-t-elle. 

Mme Blais rapporte que ses ravisseurs n’étaient pas une petite bande de bandits, mais une organisation bien huilée qui demanderait de l’argent ou un échange de prisonniers aux gouvernements canadien et italien. 

« Notre séjour comportait 99 % d’aridité et 1 % d’abondance. Juste assez pour nous permettre de survivre une journée de plus », dit-elle encore. 

Édith Blais, qu’on aperçoit à la fin de la vidéo, ajoute qu’elle avait 57 poèmes attachés à sa taille quand elle s’est enfuie. 57 poèmes... et un bidon d’eau. 

Le récit de la Sherbrookoise, publié aux Éditions de l’homme, doit lever le voile sur son histoire et raconter comment elle a survécu à sa captivité.