La santé publique fait état d’une éclosion d’E. coli liée à la laitue romaine

Les Québécois et les Ontariens devraient éviter de consommer de la laitue romaine jusqu’à nouvel ordre, en attendant que l’Agence de la santé publique du Canada fasse la lumière sur une éclosion d’E. coli au Canada et aux États-Unis.

L’Agence de la santé publique du Canada a annoncé dans un communiqué, mardi, que les autorités soupçonnaient que la laitue romaine était à la source de contamination à l’E.coli, comme c’est le cas dans plusieurs États aux États-Unis.

En date de mardi, on dénombrait 18 cas d’infections à l’E. coli, dont 15 au Québec et trois en Ontario. Six personnes ont été hospitalisées, mais il n’y a eu aucun décès. Les personnes ayant contracté l’infection sont âgées de 5 à 75 ans, et sont majoritairement des femmes et des filles (56 pour cent).

Les individus infectés étaient tombés malades à la mi-octobre et au début du mois de novembre. Ils avaient tous été exposés à de la laitue romaine.

La laitue possiblement contaminée pourrait se trouver toujours dans les épiceries et les restaurants.

L’infection à l’E. coli survient généralement lorsqu’un individu consomme des aliments ou de l’eau contaminée avec des selles humaines ou animales, ou lors d’un contact direct avec une personne malade ou un animal porteur de la bactérie.

Elle peut entraîner des symptômes tels que des nausées, des vomissements et de violentes crampes abdominales.

La plupart des symptômes disparaissent après cinq à dix jours, mais dans certains cas, une hospitalisation est nécessaire. Les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les enfants en bas âge et les personnes âgées sont particulièrement à risque de complications.