Le ministère de la Santé a noté une augmentation progressive du nombre de cas d’influenza dans la population depuis le début du mois de novembre au Québec.

La grippe fait son entrée au Québec

Signe du début précoce de la saison grippale, le ministère de la Santé a noté une augmentation progressive du nombre de cas d’influenza dans la population depuis le début du mois de novembre au Québec. Les experts canadiens s’attendent à une saison marquée par une prédominance du virus A(H1N1) et par une moins forte présence du A(H3N2), ce qui apparaît de bon augure eu égard aux effets sur la population et à la protection du vaccin.

La saison de la grippe A précédant généralement celle de la grippe B, «on note actuellement une circulation prédominante des virus de la grippe A et peu de virus de la grippe B», précise-t-on dans le bulletin Flash Grippe publié lundi par le ministère de la Santé. 

Les premières analyses des virus de la grippe A réalisées par le Laboratoire de santé publique du Québec montrent davantage de virus de sous-type A(H1N1), mais on commence à observer également dans certaines régions une augmentation du sous-type A(H3N2), dont la lignée reste inconnue pour le moment, indique le Ministère. 

«Au Canada, les premières analyses du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg montrent, dans les provinces des Prairies, une prédominance du virus A(H1N1) qui correspond à la souche incluse dans le vaccin», note-t-on.

«Intensité très faible»

Le ministère de la Santé rapporte que dans l’hémisphère Sud, les données obtenues au terme de la saison grippale 2018, entre autres celles de l’Australie, «témoignent d’une saison d’intensité très faible comparativement à la saison 2017». Durant la saison 2018, on y a détecté 77 % d’influenza A (avec prédominance H1N1) et 23 % d’influenza B. L’efficacité vaccinale globale contre la grippe était de 68 %, et de 77 % en ce qui concerne plus particulièrement la grippe A(H1N1), précise le Ministère.

«Selon l’état des données préliminaires au Québec, il est difficile de se prononcer sur l’intensité de la saison de la grippe à venir. Les experts canadiens s’attendent à une saison marquée par une co-circulation des virus A de prédominance A(H1N1) et une moins forte présence du virus A(H3N2). Ce type de saison est habituellement associé à des effets moindres sur la population et à une meilleure protection par les vaccins», écrit le ministère de la Santé.

Si les souches de grippe B en circulation au Canada sont inconnues pour le moment, le Ministère souligne néanmoins que la nouvelle souche incluse dans le vaccin trivalent devrait conférer une certaine protection croisée contre les différentes lignées de grippe B.

+

EN CHIFFRES

— Depuis le début de novembre, la proportion hebdomadaire de la détection du virus dans les échantillons analysés est passée de 2,6 % à 4,8 %, signalant le début de la saison grippale.

Les proportions des tests positifs s’établissent à 4,6 % pour la grippe A et à 0,2 % pour la grippe B.

Des échantillons soumis au Laboratoire de santé publique du Québec pour sous-typage du virus de l’influenza A, 48 étaient de sous-type H1 et 22 étaient de sous-type H3.

— Au Canada, le virus de la grippe A est le plus répandu et la majorité de ces virus sont du sous-type H1N1. Selon le Laboratoire de microbiologie de Winnipeg, la souche de H1N1 en circulation est la souche A/Michigan/45/2015, qui est la composante H1N1 recommandée pour le vaccin antigrippal.

Source: Flash Grippe, volume 9, numéro 2