Associé retraité de Deloitte et actuel conseiller stratégique au sein de l’entreprise Artopex à Granby, Mario Gariépy est à l’origine d’une chaîne d’appuis à La Voix de l’Est. Il est appuyé par plusieurs personnes influentes.

La communauté d'affaires se mobilise en appui à La Voix de l'Est

La communauté d’affaires de Granby se mobilise en appui à La Voix de l’Est. Une poignée d’entrepreneurs et de gens d’affaires lance un appel à tous afin que les témoignages de soutien se fassent nombreux et sentis.

Associé retraité de Deloitte et actuel conseiller stratégique au sein de l’entreprise Artopex à Granby, Mario Gariépy est à l’origine de cette chaîne d’appuis.

« J’ai parlé avec des gens de la Chambre de commerce Haute-Yamaska, de Granby Industriel, du Zoo de Granby et avec mon ancien collègue de chez Deloitte, Jacques Frégeau, en leur disant que les entrepreneurs doivent passer un message », a fait valoir jeudi M. Gariépy.

Celui-ci affirme que les intervenants des différents organismes qu’il a joints ont donc décidé de s’unir pour lancer un appel à tous à leurs multiples contacts la semaine prochaine. Ils leur feront parvenir un modèle de lettre d’appui à rédiger à l’attention de La Voix de l’Est, l’un des six quotidiens régionaux propriétés du Groupe Capitales Médias, qui s’est placé sous la protection de la Loi sur les faillites le mois dernier.

Les gens sollicités sont aussi libres de rédiger un message plus personnalisé, comme l’a par exemple fait récemment la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, précise Mario Gariépy.

Le but de l’opération: « donner un atout additionnel à La Voix de l’Est pour faire valoir son importance ici », dit-il.

« Le journal est important pour les citoyens, mais il est très important pour les commerçants et les entrepreneurs. C’est un outil extraordinaire pour faire connaître ses bons coups. C’est un actif incroyable pour la région », ajoute-t-il.

Enthousiasme

Mario Gariépy affirme que la réponse des gens d’affaires ne se fait d’ailleurs pas attendre. « La réponse est instantanée. C’est oui, oui, oui. J’ai déjà un paquet de lettres qui sont rentrées. Les gens le font avec beaucoup d’enthousiasme et veulent supporter le journal », dit-il.

Cette multiplication de témoignages d’appui donnera du poids à l’importance de la survie de La Voix de l’Est auprès de potentiels investisseurs. « S’il y a une rencontre avec des investisseurs ou autres, le paquet de lettres aura son importance. Elles viendront de commerçants, donc de gens possiblement aptes à acheter de la publicité. Pour un investisseur, ça peut avoir un intérêt réel », calcule Mario Gariépy.

Selon lui, une quinzaine de personnes assez « influentes », dont le président d’Artopex, Daniel Pelletier, ont d’emblée accepté d’unir leur voix dans cet appel à la mobilisation.

Une publicité sera d’ailleurs publiée dans nos pages à cet effet samedi.


« Le journal est important pour les citoyens, mais il est très important pour les commerçants et les entrepreneurs. »
Mario Gariépy

Cela précédera l’opération élargie qui sera lancée la semaine prochaine. « On est confiants d’aller chercher un bel appui. On veut dire qu’on considère que le journal est important et qu’on souhaite qu’il demeure en activité », dit Mario Gariépy.

Pour l’heure, il s’agit ainsi d’un appui moral.

Pourrait-il y avoir des investisseurs locaux dans une éventuelle reprise? « Le modèle n’est pas encore établi. C’est difficile aujourd’hui de dire s’il pourrait y avoir des gens intéressés », glisse M. Gariépy.

Lui-même abonné de longue date au quotidien granbyen, Mario Gariépy affirme par ailleurs agir autant à titre personnel qu’à titre de citoyen corporatif. « J’ai été chez Deloitte et je suis actuellement chez Artopex. Ce sont deux entreprises qui sont tatouées région », déclare-t-il.