Les détails d’un projet d’investissement de 25 millions de dollars ont été annoncés à Bromont, montagne d’expériences, notamment en présence de la ministre du Tourisme­, Julie Boulet.

Investissement de 25M$ à Bromont, montagne d'expériences

Installation d’un télésiège six places hybrides avec télécabines, construction d’un chalet au sommet, aménagement de nouvelles activités en montagne : les deux prochaines années s’annoncent chargées pour la station touristique de Bromont. Des investissements de 25 millions de dollars y seront réalisés.

Bromont, montagne d’expériences pourra toutefois compter sur l’aide du gouvernement du Québec. La ministre du Tourisme, Julie Boulet, ainsi que la députée de Laporte et whip en chef du gouvernement, Nicole Ménard, étaient de passage à Bromont, vendredi, pour annoncer une aide financière de 13 M$, dont une partie est accordée sous forme de prêts. 

Il s’agit là de la toute première phase du projet Altitude qui prévoit des investissements totaux de 100 millions d’ici cinq à 10 ans, a souligné le grand patron de la montagne, Charles Désourdy. « Notre vision d’entreprise est de devenir une grande destination montagne de l’est du Canada. Il faut aller encore plus loin. Mais, 25 millions de dollars d’investissement, c’est un grand pas », a-t-il lancé à l’occasion d’un point de presse tenu à la station. 

Le président de Bromont, montagne d’expériences affirme être particulièrement fier des télécabines. Le remplacement du télésiège quadruple débrayable par une remontée mécanique de six places avait déjà été confirmé. Mais le caractère hybride de cette nouvelle remontée était un secret bien gardé. 

« Les gens vont avoir la possibilité de monter en télésiège ou en télécabine. Il va y avoir un double embarquement et deux endroits pour débarquer en haut. C’est très populaire, ces remontées-là. On peut se permettre ça avec l’aide du gouvernement », fait-il valoir. 

Cette nouvelle remontée sera en place pour la prochaine saison hivernale, en novembre prochain. Elle permettra d’augmenter la capacité de remontée en montagne de 20 à 25 %, note Charles Désourdy. 

Autres projets    

L’autre gros morceau du projet est la construction d’un chalet au sommet du mont Brome avec une terrasse extérieure. L’aménagement du sommet de la montagne débutera cette année, mais la construction de la nouvelle infrastructure est prévue pour l’an prochain, relève M. Désourdy. 

Des investissements sont à nouveau prévus pour augmenter la capacité d’enneigement. L’objectif visé est d’arriver à transformer plus d’eau en neige par temps doux, à -3 ou à -5 degrés Celsius. « Les 300 à 400 heures de froid avant le temps des Fêtes, on va les maximiser. On va avoir quasiment le double de neige au sol le 26 décembre qu’on avait par les années passées », calcule-t-il. 

Font aussi partie des aménagements annoncés le réaménagement de certains sentiers pédestres et de vélo de montagne. De nouvelles activités seront aussi offertes, dont un manège de montagne et une tyrolienne oblique (zip line, en position assise).   

Dès cet été, une nouvelle glissade d’eau, baptisée « El Barracuda », sera par ailleurs inaugurée au parc aquatique. Avec sa combinaison de vitesse et de virages serrés, elle risque fort de plaire aux ados, estime Charles Désourdy.  

Autres phases

Selon lui, le fruit de la vente de quelque 150 hectares de terrains — au coût de huit millions — à la Ville de Bromont, pour la création du parc des Sommets, a été utilisé à titre de « mise de fonds » par Bromont, montagne d’expériences dans ce projet d’investissement.  

« Je pense qu’avec la venue du parc des Sommets, le chalet en haut et la télécabine, on va devenir une destination familiale très prisée », affirme M. Désourdy. 

Selon lui, à plus long terme, Bromont, montagne d’expériences vise à investir à nouveau 25 M$ dans la montagne et 50 M$ dans l’hébergement, incluant un hôtel dans le stationnement. D’où la somme de 100 millions de dollars avancée au cours des dernières années.

« On a réussi à avoir l’aide du gouvernement pour la phase un. Mais pour les phases subséquentes, il n’y a pas vraiment de programmes normés pour ce qu’on veut faire. Donc, on négocie avec le gouvernement. Le Zoo de Granby et le parc Safari ont eu des sommes discrétionnaires. On essaie de convaincre les gens qu’il y a une rentabilité pour les payeurs de taxes du Québec d’investir dans nos prochaines phases », dit Charles Désourdy.

À terme, cela pourrait permettre d’ajouter 450 employés, dont 120 sur une base annuelle, à la station touristique qui en compte jusqu’à 1300. La réalisation de ce plan global de développement pourrait se traduire par une croissance de l’achalandage de 115 000 jours-ski de plus, dont 65 % réalisés par des clientèles venant de l’extérieur du Québec, a-t-il été estimé. 

La ministre Julie Boulet a dit croire beaucoup en l’industrie touristique. « Il faut continuer à voir loin, à rêver, à émerveiller et à séduire nos visiteurs », a-t-elle déclaré en soulignant avoir sûrement l’occasion de discuter à nouveau avec M. Désourdy pour la suite du plan de développement de la montagne.

Le maire de Bromont, Louis Villeneuve­, s’est aussi réjoui de cette annonce. « La montagne, c’est non seulement le terrain de jeu des Bromontois, c’est aussi leur décor et leur mode de vie. [...] La montagne attire les touristes. Elle rassemble les passionnés de plein air et rend la Ville effervescente à l’année », a-t-il déclaré.           

La construction d’un chalet au sommet du mont Brome avec une terrasse extérieure­ est prévue pour l’an prochain.