Philippe Couillard

Infirmières épuisées: au syndicat d’avancer des solutions, dit Couillard

C’est au syndicat des infirmières d’avancer des solutions pour améliorer les choses dans le monde de la santé.

C’est le message que lance le premier ministre du Québec alors que l’histoire d’une jeune infirmière sherbrookoise épuisée par son travail fait le tour de la province.

Lire aussi: L’infirmière Émilie Ricard prise dans un «tourbillon d’émotions»

Philippe Couillard s’en remet à la convention collective signée avec le syndicat et qui promet plus de postes stables à temps plein. «Nous sommes sensibles à ce que vivent les membres du personnel soignant», a-t-il déclaré en point de presse à Québec mercredi. «Ils sont toujours poussés au maximum. Je veux leur dire ma reconnaissance.»
«Il est sous pression et les ressources ne seront pas au même niveau que les besoins. Ce n’est pas une question de budget. Des postes sont affichés, mais ils ne sont pas comblés.»
C’est là que M. Couillard se tourne vers la partie syndicale pour qu’elle suggère des solutions.
«On lui demandera pourquoi les infirmières n’appliquent pas. Peut-être que certains préfèrent ne pas avoir uniquement du temps complet, des horaires plus flexibles.»
«Les infirmières devraient nous dire ce qu’il faut faire de plus. On va le faire. Cette entente a été signée avec elles.»
Selon lui, ce n’est pas une question d’image de la profession. Les programmes de formation attirent toujours plusieurs personnes voulant se dévouer pour les autres et exercer ce métier attirant.  
Rappelons que mardi, des infirmières ont tenu des manifestations de type sit-in dans la province pour dénoncer la situation dans les hôpitaux.