Valentin Auclair peu avant sa comparution au palais de justice de Granby, mardi

Incitation à la haine sur internet: l'accusé envoyé en évaluation psychiatrique

Un homme de Granby arrêté pour avoir publié des propos incitant à la haine raciale sur internet sera évalué en psychiatrie.

À LIRE AUSSI: Arrestation d'un Granbyen pronazi

Le juge Serge Champoux, de la Cour du Québec, a autorisé mardi cette demande de la poursuite et de la défense à la suite de la brève comparution de Valentin Auclair, 38 ans.

« Plusieurs propos faits aux policiers portent à croire que monsieur a une certaine problématique », a indiqué Me Cassandre Hamel, du bureau de la Couronne.

Invitée à expliciter cette affirmation, l’avocate a mentionné que l’accusé aurait dit aux policiers entendre « des voix, avoir des pulsions, un dark side qui l’amènent à faire certaines choses ».

Agissant comme amie de la cour, Me Mireille Leblanc, de la défense, a ajouté être « convaincue que monsieur n’est pas apte » à donner un mandat de le représenter à un avocat.

M. Auclair a par ailleurs fondu en larmes après avoir échangé quelques mots avec Me Leblanc, en début d’audience. Quelques secondes plus tôt, il était entré plutôt confiant dans le box des accusés, menottes aux mains et aux pieds.

Il sera évalué au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie au cours des six prochains jours, a précisé le juge. Son retour en cour est prévu pour le 13 janvier.

L’homme chauve, barbu et portant des lunettes fait face à trois accusations, soit deux d’incitation à la haine contre un groupe identifiable et une troisième d’avoir préconisé le génocide.

Ces accusations sont respectivement passibles de peines maximales de deux et cinq ans de prison et elles sont plutôt rares, a convenu Me Cassandre Hamel à sa sortie de la salle d’audience. 

« Pour moi, c’est une première », a-t-elle dit en référence à l’accusation d’avoir préconisé le génocide.

«Plusieurs propos faits aux policiers portent à croire que monsieur a une certaine problématique», a indiqué Me Cassandre Hamel, du bureau de la Couronne.

Blogue

Valentin Auclair a été arrêté à son domicile vers 17 h 30, lundi, à la suite de la publication d’un article le concernant sur le site internet de La Voix de l’Est.

Ses propos racistes, antisémites et néonazis avaient été dénoncés la veille sur un blogue tenu par un enseignant de philosophie montréalais, Xavier Camus.

Dans son billet intitulé « Valentin Auclair : un néonazi de Granby ayant des fantasmes terroristes », le professeur a détaillé les multiples publications de M. Auclair, captures d’écran à l’appui.

Sur la plateforme VK, l’équivalent russe de Facebook, M. Auclair a publié de nombreux messages et images à connotation raciste, homophobe et anti-immigration. Il y fait l’apologie du nazisme, traite régulièrement de la « race blanche aryenne » et louange Adolf Hitler.

Sur sa page, il mentionne entre autres que « le camp de concentration est la plus grande innovation nazie », réclame l’abaissement de l’âge légal du consentement sexuel à 9 ans — il est de 16 ans au Canada — et encourage l’achat d’armes pour « la chasse aux juifs, aux nègres et aux mahomardes ».

Une chasse qui devrait être « déclenchée » sous peu, laisse-t-il entendre. Il considère que 2020 sera année où l’économie s’effondrera et mènera à la Troisième Guerre mondiale.

Il célèbre également le 6 décembre comme la « Saint Marc Lépine » et le 29 janvier comme la « Saint Alexandre Bissonnette », en référence aux tueurs de Polytechnique et de la Grande Mosquée de Québec.

En octobre dernier, M. Auclair écrivait sur VK avoir reçu la visite de deux enquêteurs par rapport aux propos qu’il a publiés sur internet. « Ça veut dire que quelqu’un ne veut pas respecter ce que VK nous donne, une pleine et entière liberté d’expression, sans entrave ni bullshit », écrivait-il.

Persécution

Concernant la publication de M. Camus, il déclare ironiquement : « Vous voyez, on est persécutés pourquoi tant de haine contre la liberté d’expression ».

La Voix de l’Est a communiqué avec le Granbyen via son compte VK. Dans un échange très calme, il s’est interrogé sur la « persécution » et « l’acharnement » dont il estime être la cible.

« Ce qu’on me reproche, c’est d’avoir utilisé ma liberté d’expression, a-t-il répondu. Je suis victime de calomnie antifa [antifasciste, NDLR]. [...] C’est clair que je suis victime d’un coup monté. »

M. Auclair a dit n’appartenir à aucun groupe extrémiste et s’exprimer en son seul nom. Ses publications ne sont qu’une manière d’exprimer sa « crise de rage momentanée », mais il a assuré qu’il n’avait aucune intention de passer à l’acte.

Il a insisté en disant qu’il n’est pas le dangereux terroriste que dépeint Xavier Camus sur son blogue. « J’ai rien fait de mal. Je suis simplement un bon citoyen. »

Il a aussi mentionné avoir déjà séjourné en psychiatrie et ne pas occuper d’emploi actuellement, mais être en voie d’obtenir un diplôme en organisation d’événements spéciaux.