Hausse du prix de l’essence: les députés agacés, mais pas le gouvernement

Le gouvernement de Philippe Couillard a refusé mardi de consentir à la présentation d’une résolution parlementaire demandant que «l'Assemblée nationale constate la hausse faramineuse, imprévisible et injustifiée du prix de l'essence au cours des derniers jours au Québec».

La motion parlementaire a été présentée par le député de Mercier, le solidaire Amir Khadir. Elle invitait le parlement québécois à reconnaître «que les automobilistes sont pris au piège par des entreprises privées qui établissent le prix de l'essence et exercent un contrôle sur le marché», une façon de faire «qui s'apparente à un cartel, selon plusieurs experts».

Le député péquiste Mathieu Traversy et l’indépendant Gaétan Lelièvre ont coparrainé cette résolution parlementaire. Elle réclamait aussi que l’Assemblée nationale «reconnaisse que la meilleure façon de régler le problème est de diminuer la consommation de produits pétroliers et que le développement de transport collectif est essentiel pour réaliser cet objectif».

Enfin, elle pressait «le gouvernement québécois de proposer un plan d'action pour réduire la dépendance du Québec au pétrole, notamment en augmentant rapidement l'offre de transport collectif et en s'assurant de tarifs abordables».

Comme c’est la coutume lors de la présentation de telles motions parlementaires, le gouvernement n’a pas motivé son refus de débattre de celle-ci.

Forte hausse à Montréal

Le prix au détail de l’essence atteint mardi un niveau rarement vu depuis de nombreuses années au Québec: 1,48 $ le litre d’ordinaire, à Montréal et à Laval.

Lundi après-midi, plusieurs postes d’essence affichaient un prix inférieur de plus ou moins 0,18 $ selon ce qu’affiche le site Web www.essencequebec.com.

Comme d’habitude, aucune des autres régions du Québec n’avait encore emboîté le pas vers 5h30 mardi. Le prix moyen de l’essence ordinaire était néanmoins évalué pour l’ensemble du Québec à plus de 1,40 $, largement supérieur à celui des derniers mois.

Selon le site www.gasbuddy.com, il y a quelques heures, les prix moyens de l’essence les plus élevés au Canada étaient relevés en Colombie-Britannique, dans les Territoires du Nord-Ouest et à Terre-Neuve-et-Labrador. Les plus bas ont été observés en Saskatchewan, au Nouveau-Brunswick et au Manitoba.

Plusieurs postes d’essence d’Ottawa affichaient mardi matin un prix de 1,27 $ le litre d’ordinaire, 0,21 $ inférieur à ceux de Montréal et de Laval.

Le prix du baril de pétrole brut a reculé lundi soir de 0,34 $ US à la bourse NYMEX, à New York, à 68,23 $US.  Avec La Presse canadienne