Les pilotes ont porté des casquettes rouges et une minute de silence a été tenue avant la course en hommage à Niki Lauda. Le triple champion du monde de F1 est décédé lundi à l’âge de 70 ans.

Hamilton creuse son avance à Monaco

MONACO — Le Britannique Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Monaco, dimanche, ce qui lui a permis d’augmenter son avance sur son coéquipier chez Mercedes Valtteri Bottas en tête du championnat du monde de Formule 1.

Hamilton a été ennuyé par un problème d’adhérence en fin d’épreuve, mais a résisté aux assauts de Max Verstappen, de Red Bull. Il a classé sa 77e victoire en carrière parmi ses cinq meilleures.

«J’apprécie les courses difficiles, a dit Hamilton. En tant qu’athlète, vous voulez vous retrouver dans des batailles difficiles.

«Je ne sais pas comment j’ai fait aujourd’hui. Il y a eu tellement d’occasions de faire une erreur.»

Verstappen pénalisé

Verstappen a écopé une punition de cinq secondes. Même s’il a terminé la course tout juste derrière Hamilton, il a été relégué au quatrième rang, derrière Bottas, troisième, et le pilote Ferrari Sebastian Vettel, deuxième.

C’est la première fois en six courses que Mercedes ne termine pas sur les deux premières marches du podium.

Le coéquipier de Vettel chez Ferrari, Charles Leclerc, a commencé la course en 15e place, à la suite d’une erreur tactique en qualifications, et il a finalement été contraint à l’abandon après 19 tours.

Leclerc a endommagé son pneu arrière droit en tentant de dépasser Nico Hulkenberg, de Renault. De nombreux débris sont restés sur la piste, forçant la sortie de la voiture de sécurité.

Stroll 16e

Le Québécois Lance Stroll, de Racing Point, a terminé en 16e position.

«J’ai connu un bon départ et nous avons roulé les dés du côté de la stratégie en restant en piste sous la voiture de sécurité pour gagner des positions, a dit Stroll, dans un communiqué. Après ça, la course a été tranquille. Les pneus ont souffert lors du premier segment, puis nous sommes restés coincés dans le trafic dans le deuxième segment.»

Hamilton a fait passer son avance sur Bottas au championnat des pilotes de 7 à 17 points.

Les pilotes ont porté des casquettes rouges et une minute de silence a été tenue avant la course en hommage à Niki Lauda. Le triple champion du monde de F1 est décédé lundi à l’âge de 70 ans.

Verstappen a tenté une dernière fois de dépasser Hamilton lors du 76e des 78 tours. Ils sont entrés en contact et l’incident a été révisé par les commissaires de la course, qui n’ont pas imposé de sanction.

Hamilton a dédié sa troisième victoire en carrière à Monaco à Lauda.

«L’esprit de Niki»

En sortant de sa voiture, Hamilton a retiré son casque et a pointé vers le nom de Lauda, écrit à l’arrière. «Je pilotais avec l’esprit de Niki, a dit le pilote britannique. J’essayais de rester concentré et de le rendre fier.»

Le directeur de l’écurie Mercedes, Toto Wolff, a ressenti cette fierté.

«Il a fait une course incroyable, seulement comme lui peut le faire, a dit Wolff. Une course de champion du monde pour un champion du monde qui n’est plus avec nous.»

La tâche de Hamilton a été compliquée par l’état de ses pneus. Il s’est constamment plaint de l’état de son pneu avant gauche, mais l’écurie n’a pas voulu qu’il passe aux puits pour le remplacer parce que même si Verstappen était plus rapide, il était difficile pour lui de le dépasser sur le circuit sinueux de 3,3 kilomètres. «Nous allons perdre cette course», a dit un Hamilton inquiet au 56e tour.

Même si sa voiture glissait sur la piste, Mercedes a finalement pris la bonne décision en le gardant en piste.

Verstappen a été sanctionné par les commissaires en raison d’une sortie dangereuse des puits plus tôt dans la course.

Quand l’accident impliquant Leclerc a forcé la sortie de la voiture de sécurité, les pilotes en ont profité pour passer aux puits et changer leurs pneus. Cependant, Verstappen a quitté trop rapidement son poste et a touché la voiture de Bottas.

Accident évité de justesse

D’ailleurs, un autre accident a été évité de justesse entre la Racing Point du pilote mexicain Sergio Perez et deux commissaires de piste.

Juste après que Perez se soit arrêté aux stands pour changer des pneus lors du déploiement de la voiture de sécurité, deux commissaires ont traversé la piste devant lui. Plusieurs d’entre eux étaient alors occupés à balayer les débris de carbone provenant de la Ferrari de Charles Leclerc.

Le pilote mexicain est arrivé à les éviter de justesse et a finalement terminé la course en 13e position. La scène a été filmée par la caméra embarquée de sa monoplace.

Cet incident est survenu le jour même où la princesse Charlène de Monaco et le pilote monégasque de Ferrari ont lancé, en marge du Grand Prix, une campagne intitulée «Faites attention aux piétons».

Leclerc a animé le spectacle en début d’épreuve, réussissant un dépassement audacieux sur Romain Grosjean, de Haas, grâce à une attaque à la sortie du virage de La Rascasse.

Un tour plus tard, le pilote monégasque a tenté la même manœuvre sur Hulkenberg, avec un résultat désastreux.

«Nous avons pris un risque. Peut-être que c’était un peu trop de ma part, a dit Leclerc. C’est un week-end à oublier, sauf l’appui que j’ai reçu ici, ce qui m’a fait chaud au cœur.»