Une partie de manifestants ont effectué le trajet sur l’eau, en kayak ou en voilier.

Grande manifestation pour la protection du fjord à Tadoussac [PHOTOS]

La pluie n’a pas empêché quelques centaines de militants de se rassembler, samedi, à Tadoussac, lors de la mobilisation Un fjord à protéger. Ces derniers manifestaient pour une plus grande protection du fjord et s’opposaient aux différents projets industriels de Saguenay qui le mette selon eux en péril.

L’appel à la mobilisation avait été lancé partout au Québec. La manifestation se déroulait en kayak, mais aussi sur terre. Des personnes de tout âge s’y sont rendues. L’événement était organisé par la Coalition Fjord, un mouvement citoyen qui lutte pour la protection du fjord, en collaboration avec le Mouvement citoyen littoralement inacceptable et La planète s’invite à l’université.

Les partisans s’opposaient aux trois projets qui sont présentement amorcés dans Saguenay et la région : Métaux BlackRock, GNL Québec et Arianne Phosphate.

« Si on est contre ces projets, c’est parce qu’on s’est posé des questions et qu’on s’est rendu compte qu’il y avait des aberrations pour la protection du Saguenay, mais aussi des impacts humains. On pense qu’on peut faire autre chose avec notre belle région », a expliqué la co-porte-parole de Coalition Fjord, Anne Gilbert-Thévard.

Ce qu’elle propose, c’est de faire « un véritable plan de développement de la région », qui pourrait prendre la forme d’un comité ou d’une grande consultation, afin de prendre le pouls de toute la population. « On a une université, de belles entreprises, le fjord, il y a tout ce qu’il faut pour développer notre région. On pourrait être un leader, mais on est à la traîne », a-t-elle laissé tomber.

Les manifestants voulaient aussi montrer que l’enjeu n’était pas seulement régional, mais bien provincial.

Personnalités publiques au rendez-vous

Quelques personnalités publiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean et d’ailleurs ont montré leur appui à la mobilisation, en effectuant des discours militants, à la suite de la marche. Le maire de Tadoussac, Charles Breton a profité de l’événement afin de donner l’heure juste sur la position de la municipalité par rapport à ces grands projets. Il a affirmé qu’au conseil municipal, une résolution avait été prise pour appuyer les groupes qui questionnaient ces projets, afin d’en savoir le plus possible. Il a soutenu que la municipalité n’était pas formellement contre les grands projets, mais qu’elle prônait fortement la prudence. « Toute ma vie, j’ai regardé vers le Saguenay et j’ai toujours eu l’espoir de voir des bélugas. J’en ai vu souvent, mais je n’imagine pas le jour où on n’aura plus l’espoir de les voir », a-t-il ajouté.

Sylvain Gaudreault était le seul député provincial à s’être déplacé. Il a dû se libérer des travaux de l'Assemblée nationale quelques heures afin de participer à la manifestation. Il croit fortement que la population devrait opter pour d’autres alternatives. « Ça [les énergies fossiles] c’est l’économie du 20e siècle. Il faut absolument que la région se tourne vers l’économie du 21e. Elle comprend les énergies renouvelables, que ce soit avec la fabrication de panneaux solaires, la fabrication de génératrices d’éoliennes, l’utilisation de la biomasse et plus encore. Il y a plus de potentiel à long terme avec ces emplois qui ont une plus grande qualité », a-t-il expliqué.

Dominique Champagne, metteur en scène et investigateur du mouvement Le Pacte, considère le dossier comme l’un des plus importants. « La science nous parle, la nature nous parle, les jeunes nous parlent, mais visiblement la classe politique se fait l’allié des intérêts des lobbys puissants », a-t-il commenté. Il aimerait que la science soit mise au milieu du débat, au lieu de « valeurs systématiques qu’on accorde toujours à la soi-disant croissance économique et la création d’emplois ». Selon lui, si un débat franc et honnête était engagé, le projet ne passerait pas.

Les manifestants se sont rejoints vers 13h sur la plage de Tadoussac, afin d’écouter les mots de bienvenue des trois regroupements citoyens qui orchestraient la journée. La marche a débuté aux alentours de 14h. On invitait les manifestants à se rendre à la Pointe de L’Islet où plusieurs intervenants faisaient des discours. Une soirée et un feu de camp étaient prévus en soirée.