Gallimard retire de la vente le journal de Matzneff évoquant ses pratiques pédophiles

PARIS — L’éditeur Gallimard a décidé de ne plus vendre le journal de l’écrivain français Gabriel Matzneff qu’il publiait depuis 30 ans, suite au succès en librairie du témoignage de Vanessa Springora qui jette une lumière crue sur les pratiques pédophiles de l’écrivain.

Les éditions de La Table Ronde (groupe Madrigall, contrôlé par Antoine Gallimard), qui ont publié cinq volumes entre 1979 et 1992 du journal dans lequel l’écrivain évoque notamment ses relations sexuelles avec des enfants et des adolescents, ont également cessé la commercialisation de ces livres.

«La souffrance exprimée par Madame Vanessa Springora dans +Le Consentement+ fait entendre une parole dont la force justifie cette mesure exceptionnelle», affirme mardi dans un communiqué la maison d’édition française.

Les exemplaires encore présents en librairie, dont le dernier volume «L’Amante de l’Arsenal» sorti mi-novembre, vont ainsi être rappelés. Il s’en était vendu seulement «quelques centaines d’exemplaires», a précisé l’éditeur.

Depuis le début de l’affaire, le dernier volet du journal de l’écrivain s’est néanmoins arraché dans les librairies. Il se classait ainsi mardi à la 3e place dans la catégorie biographies chez Amazon.

C’est la première fois que Gallimard prend une telle mesure, a indiqué à l’AFP la maison d’édition.

L’écrivain de 83 ans est visé depuis vendredi par une enquête pour «viol sur mineur» de moins de 15 ans, ouverte 24 heures après la sortie du livre de Vanessa Springora, directrice des éditions Julliard.

Dans «Le Consentement» publié chez Grasset, cette femme de 47 ans raconte comment elle a été séduite par Gabriel Matzneff à l’âge de 13 ans, la relation sous emprise qu’elle a eue ensuite avec lui et les blessures que cela a laissées dans sa vie.

«À 14 ans, on n’est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie de son collège, on n’est pas supposé vivre à l’hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l’heure du goûter», raconte Vanessa Springora dans son livre, qui s’est hissé dans le top 5 des ventes physiques et numériques sur Amazon France.

Elle décrit aussi un homme au comportement de prédateur, faisant du tourisme sexuel en Asie, ce dont il rend compte dans ses propres ouvrages.

L’écrivain français Gabriel Matzneff à Paris, en avril 2014

Milieu littéraire complaisant

Pendant longtemps, les pratiques pédophiles de l’écrivain ont été tolérées dans le milieu littéraire, qui célébrait sa plume et voyait dans ses agissements une forme d’hédonisme.

Gabriel Matzneff a été distingué en 2013 par le prix Renaudot essai. Un choix «maladroit», a estimé avec le recul Frédéric Beigbeder, membre du jury, dans un entretien la semaine dernière au quotidien Le Parisien.

Avant même sa sortie le 2 janvier, «Le Consentement» a secoué le milieu littéraire et médiatique, dans un contexte de dénonciation des violences sexuelles marqué par les récentes accusations de l’actrice Adèle Haenel à l’encontre du cinéaste Christophe Ruggia et la nouvelle accusation de viol visant le réalisateur Roman Polanski.

Silencieux depuis plusieurs jours après quelques rares interviews, Gabriel Matzneff a renoncé à sa chronique dans l’hebdomadaire Le Point et pourrait se voir retirer une aide publique accordée à des auteurs vieillissants ayant de faibles revenus.

Le ministre de la Culture Franck Riester a estimé lundi que cette allocation accordée par le Centre national du livre, dont il bénéficie depuis 2002, n’était «pas justifiée». Une commission restreinte va être mise en place rapidement pour décider de la reconduction des allocations de ce système appelé à disparaître progressivement.

«Est-ce que M. Matzneff, par le caractère autobiographique de ses récits, contribue par ses écrits à la renommée de la littérature française en se faisant le chantre de la pédocriminalité ? Je considère que non. Est-ce que le train de vie fastueux décrit dans ses livres justifie le versement d’une telle allocation ? Je considère également que non», a affirmé mardi le ministre lors d’un point presse.

Il propose également de réexaminer les décorations remises à Gabriel Matzeff, officier des Arts et Lettres depuis 1995 et chevalier de l’Ordre national du mérite depuis 1998, dans le cadre des prochaines réunions des organismes les attribuant.