Frais de stationnement dans les hôpitaux: la CAQ pressée de respecter son engagement

En mars 2018, la Coalition avenir Québec (CAQ) promettait de plafonner les frais de stationnement dans les établissements de santé à un maximum de 10 $ pour 24 heures. Dix mois après l’élection provinciale, l’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) presse le gouvernement d’agir.

«Un gouvernement de la CAQ rendra le stationnement gratuit pour les deux premières heures et imposera un plafond maximum de 7 à 10 $ par jour dans les établissements où les tarifs journaliers sont déjà supérieurs à ces montants», avait alors indiqué en campagne électorale le député caquiste François Paradis, désormais président de l’Assemblée nationale.

Un tarif maximum de stationnement dans les hôpitaux protège les patients et leurs familles, plaidait la CAQ. 

En 2016, le parti avait lancé l’offensive Web «les tickets de Barrette», interpellant l’ancien ministre libéral de la Santé, Gaétan Barrette, de diminuer les tarifs du stationnement dans les hôpitaux. 

«Avant la fin du mandat»

La période de gratuité est présentement de 30 minutes. Dans certains établissements de santé de la Côte-Nord, le stationnement est gratuit. En Gaspésie, dans le Bas-Saint-Laurent, en Mauricie ou dans le Centre-du-Québec, les frais ont généralement atteint une limite de 3 $, 4 $ ou 5 $.

Mais dans plusieurs régions, à Montréal notamment, les patients et visiteurs des hôpitaux doivent toujours débourser des montants allant jusqu’à 24 $ par jour. 

Au cabinet de la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann, on assure que l’engagement sera respecté avant la fin du mandat. «La CAQ s’est engagée à plafonner les tarifs de stationnement. Il reste trois ans.»

Le 3 avril dernier, alors que certains établissements avaient modulé leurs tarifs de stationnement à la hausse, le bureau du sous-ministre de la Santé et des Services sociaux demandait aux présidents et directeurs des établissements de santé de «corriger ces modifications».

Rose-Mary Thonney, présidente de l’AQRP, salue les efforts du gouvernement particulièrement dans les CHSLD. «C’est réconfortant», dit-elle. Mme Thonney estime toutefois que la CAQ ne devrait pas attendre la dernière année de son mandat pour remplir cette promesse. 

Briser l’isolement

Pour la présidente de l’AQRP, les frais de stationnement élevés sont un frein aux visites et contribuent à l’isolement des personnes malades ou âgées. «Il faut faire le maximum pour augmenter les visites», poursuit-elle

Les stationnements d’hôpitaux demeurent une source importante de revenus pour le gouvernement. Au CIUSS de la Capitale-Nationale, l’année 2018-2019 a rapporté 2 774 446 $, selon les plus récentes données recueillies par l’AQRP. En moyenne, les CISSS et CIUSSS de la province ont perçu plus de 2 000 000 $ en excédents de profits. 

«L’AQRP se questionne sur la pertinence de générer des revenus avec la tarification du stationnement dans les hôpitaux, fait valoir Mme Thonney. On ne devrait pas vouloir faire des profits sur le dos des gens malades ou de leurs visiteurs. Comparé au budget total de la santé, je pense qu’on pourrait trouver des mécanismes pour absorber ce manque à gagner.»