Le terrain de 5706 mètres carrés est bordé par le cimetière Belmont, au sud de la rue Frank-Carrel.

Feu vert pour le cimetière musulman à Québec

La communauté musulmane de Québec aura finalement son cimetière. Après deux ans de discussions, le ministère de l’Environnement donne le feu vert.

Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) a officiellement reçu jeudi l’autorisation d’utiliser le terrain vendu par la Ville de Québec en 2017 pour aménager son cimetière.

«C’est un grand “ouf” pour nous. Ce sont deux ans de démarches, c’est fort complexe quand on touche au sol. Nous nous sommes plusieurs fois réunis avec le ministère pour bien comprendre les détails et les aspects techniques concernant le sol, la nappe phréatique et la gestion», exprime Boufeldja Benabdallah, cofondateur et président du CCIQ.  

Les documents présentés par M. Benabdallah et son équipe devaient répondre à tous les critères de Loi sur la qualité de l'environnement. Il fallait entre autres respecter la profondeur à laquelle les dépouilles seraient mises en terre.

20 ans d’attente

Même si les discussions avec le ministère durent depuis deux ans, voilà 20 ans que la communauté attend ce cimetière.

«C’est du soulagement. Chaque année c’était à recommencer. Vingt ans d’échecs et de succès. Cette fois-ci, c’est le bon moment», partage aussi M. Benabdallah. 

L’enterrement était chose difficile pour les membres de la communauté musulmane, ils devaient même parfois se rendre à Montréal ou envoyer le corps dans le pays d’origine.

«La mort atteint tout le monde, dans toutes les spiritualités. Nous, quand ça nous atteint, on n’a pas d’incinération, pas de crémation, mais on doit enterrer le corps le plus vite possible. La manipulation du défunt se fait avec beaucoup de délicatesse. On se sent Québécois, alors on veut faire enterrer les corps là où on a vécu.» 

Certains détails administratifs restent à vérifier, mais l’aménagement du cimetière pourra bientôt commencer. Le terrain de 5706 mètres carrés est bordé par le cimetière Belmont, au sud de la rue Frank-Carrel. Il a été vendu pour une somme évaluée à 270 000 $.