On a eu un avant-goût de la fête lors du dévoilement de la programmation du 52e Festival western de Saint-Tite alors que plusieurs artistes, avec Manon Bédard en tête, ont interprété la chanson Take me home de John Denver.

Festival western de Saint-Tite: une 52e édition qui promet

Saint-Tite — Des rodéos auxquels prendront part les meilleurs cow-boys en Amérique du Nord, des spectacles donnés par les plus grands noms de la scène québécoise du country et des vedettes du style new country ainsi que de nombreuses autres activités, la 52e édition du Festival western de Saint-Tite n’aura rien à envier aux précédentes.

C’est dans une ambiance festive qui donnait un avant-goût de celle qui régnera du 6 au 15 septembre prochain dans les rues de la localité qu’ont été dévoilés, mercredi avant-midi, les détails de la programmation. Membres du comité organisateur, partenaires de l’événement, athlètes adeptes des différentes épreuves de rodéo, artistes faisant partie de la programmation ainsi que des résidents de Saint-Tite, la foule réunie dans la grange Coors Banquet pour ce dévoilement était très hétéroclite.

Du côté des rodéos, qui constituent le produit d’appel du Festival selon ses dirigeants, dix événements ponctueront la dizaine. En plus des concurrents évoluant dans les circuits de la Coupe Canada et de l’International Professional Rodeo Association (IPRA), les spectateurs qui se masseront dans les grandes estrades pourront applaudir les prouesses des monteurs de taureaux faisant partie de la Professional Bull Riders (PBR), le vendredi 13 septembre. Ce rodéo mettant en vedette l’élite nord-américaine de la discipline sera d’ailleurs présenté en direct sur les ondes de TVA Sports.

«Ça nous donnera une nouvelle vitrine pour faire connaître notre sport à un nouveau public, d’autant plus que la PBR constitue en quelque sorte la ligue nationale du rodéo. [...] C’est une grande source de fierté pour nous d’être associés à la PBR. Nous l’avions été dans le passé et nous sommes heureux de pouvoir présenter ce spectacle de très haut niveau», déclare le directeur général du Festival, Pascal Lafrenière.

Toujours afin de promouvoir son produit d’appel, le Festival a sélectionné cinq cow-boys et cow-girls parmi les meilleurs au Québec, soit Jessica Gauthier, Anne Lottinville, Pascal Desrochers, Dominic Roy et Brinson James afin qu’ils agissent à titre d’ambassadeurs.

New country et valeurs sûres

En plus des spectacles déjà annoncés au cours des derniers mois, notamment ceux de Matt Lang, Brett Kissel, Pionniers de Martin Fontaine et Pionnières de Brigitte Boisjoli, les organisateurs du populaire événement qui attire des centaines de milliers de festivaliers tous les automnes ont notamment dévoilé que la chanteuse Renée Martel orchestrera un spectacle intitulé La Fête à Saint-Tite, qui sera présenté le 14 septembre et qui mettra également en vedette Paul Daraîche, Annie Blanchard, Laurence Jalbert et Marc Hervieux. 

La populaire Guylaine Tanguay sera également de retour à Saint-Tite alors qu’elle tiendra son Party Country le mercredi 11 septembre et auquel prendront part 2 Frères, l’animateur et chanteur Denis Lévesque et l’humoriste Julien Tremblay.

Dans le cadre d’un mariage un peu inusité avec la culture country, l’ensemble vocal trifluvien Qw4rtz présentera un spectacle a capella le 12 septembre. Les quatre chanteurs interpréteront alors les plus grands succès country, en leur ajoutant bien sûr leur touche personnelle.

«C’est une chance pour nous d’être là. Pour nous, le Festival western de Saint-Tite est comme un gros party d’amis auquel nous ne pensions jamais être invités», lance Louis Alexandre Beauchemin, un des membres du groupe.

Le traditionnel défilé à traction animale, auquel prendra notamment part le carrousel de la Gendarmerie royale du Canada, une première depuis 2010, se déroulera dans les rues de la ville à compter de 13 h le dimanche 8 septembre.

Et comme toujours, la danse country occupera une place de choix tout au long des festivités. Une zone spécialement destinée aux adolescents dans laquelle on retrouvera entre autres une grande roue, des jeux virtuels et des arcades ainsi que la Place de la famille du Lait seront également aménagées.

Bien-être animal

En ce qui concerne l’épineuse question du traitement réservé aux bêtes dans les rodéos, pratiques décriées par certains groupes de défense des droits des animaux, le directeur général répète que tout le monde a droit à son opinion et qu’il ne sait toujours pas quand sera rendu public le rapport du comité de travail mis en place avec le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Ce comité de travail a comme tâche de fixer des balises pour encadrer la pratique des rodéos au Québec, en lien avec la Loi sur le bien-être animal.

Relativement à ce qui se passe présentement du côté du Zoo de Saint-Édouard, M. Lafrenière indique qu’il a suivi le dossier par l’entremise des médias mais ne croit pas qu’un sort similaire attend son organisation. «On garde notre ligne de conduite car ce que l’on fait, on le fait bien. Nous ne sommes pas des experts en termes de zoo, mais bien en termes de rodéo. On continue donc à collaborer et on garde le cap», dit-il.