Le parcours de l’exposition est fort bien documenté, ponctué de nombreux textes.

Exposition «Frette ou tablette» à Rimouski: 400 ans de bière au Québec

RIMOUSKI — La consommation de bière fait partie des habitudes du peuple québécois. Que ce soit pour célébrer, relaxer ou socialiser, un petit verre de bière est un incontournable. C’est dans cet esprit que le Musée régional de Rimouski présente la nouvelle exposition «Frette ou tablette, 400 ans de bière au Québec».

Ancrée dans nos habitudes depuis la colonisation, cette boisson a traversé toutes les époques de notre histoire et est devenue un vecteur de développement socioéconomique pour le Québec. Créée par la Société de développement culturel de Terrebonne en 2018, l’exposition Frette ou tablette a obtenu un vif succès à Terrebonne, où elle a été présentée deux fois. Avec la collaboration du Musée de Rimouski, elle est offerte pour la première fois en itinérance. 

«On parcourt l’histoire de la bière à partir de la Nouvelle-France jusqu’à aujourd’hui, en incluant l’effervescence des microbrasseries [...]», décrit l’agente en muséologie de la Société de développement culturel de Terrebonne, Marie-Ève Valiquette. «Dès 1620, on fabriquait de la bière, précise la chargée de projet du Musée régional de Rimouski, Nathalie Langelier. Les gens n’avaient pas assez de sous pour importer du vin qui était produit en France. Alors, c’était le breuvage de tous les jours. Plutôt de prendre un verre de vin, ils prenaient un petit verre de bière!» À cette époque, il revenait aux femmes de brasser la bière. «C’était considéré comme une tâche ménagère», indique Mme Valiquette.

Le parcours est fort bien documenté, ponctué de nombreux textes. Sa présentation est séparée en sections. La première aborde la place de la bière dans le contexte de la Nouvelle-France et la deuxième, celui de la colonisation. La troisième section porte sur la révolution industrielle avec l’avènement des grosses brasseries qui produiront les bières Dow, Molson et Boswell. La dernière partie est consacrée à la période contemporaine. Un segment a été ajouté, dont le contenu est dédié aux microbrasseries des régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. «On présente la Route des bières de l’Est-du-Québec avec ses dix microbrasseries, précise Mme Langelier. On présente aussi une dizaine de capsules sur les artisans de la bière.» 

Prohibition, affiches et pubs

Les concepteurs n’ont pas oublié la courte période de la prohibition. «Ça brassait quand même en cachette», signale en riant la porte-parole de la Société de développement culturel de Terrebonne. Par ailleurs, une vitrine exhibe certains produits servant à la fabrication de la bière, dont le malt et le houblon.

L’exposition regorge d’objets historiques qui servaient à la fabrication et au transport. On y trouve des artéfacts découverts dans le site archéologique de la Brasserie de Beauport de Québec, dont une dalle du plancher du germoir. Bien sûr, il y a aussi beaucoup de bouteilles. 

On y voit aussi des affiches de 1895 et des publicités de la brasserie Labatt avec Olivier Guimond, ornées du slogan «La 50, y’a rien qui la batte!», sans oublier La Poune qui faisait la promotion de «La rousse... est douce!». Il y a une publicité qui dit que «boire une bière avant de se coucher, c’est bon» et une autre où il est écrit que «croissance et développement dépendent des enzymes». On peut voir la première bouteille de la Boréale, la première microbrasserie du Québec et des skis de randonnée de marque Laurentides.

Marie-Ève Valiquette estime que l’activité s’adresse à tout le monde. «Ça fait partie de notre histoire, rappelle-t-elle. […] La bière a toujours été présente partout.» «La bière, c’est très démocratique, ajoute Nathalie Langelier. C’est très rassembleur.» La chargée de projet mentionne d’ailleurs que le Musée régional de Rimouski prévoit développer un contenu éducatif qui visera les publics scolaires. «Pour les écoles, ça va tourner autour de la fabrication et des ingrédients», souligne-t-elle. Pour les adultes, l’établissement projette de présenter une série de conférences sur le sujet et d’organiser une soirée de dégustations. 

Présentée jusqu’au 5 avril à Rimouski, l’exposition Frette ou tablette prendra ensuite la route pour s’installer au Musée de Charlevoix à La Malbaie.