Ensaf Haidar

Ensaf Haidar rencontrera Justin Trudeau

La femme du blogueur Raif Badawi a obtenu l’assurance qu’elle pourra rencontrer en privé le premier ministre Justin Trudeau, cette semaine à Sherbrooke, alors que le cabinet fédéral s’y réunit en retraite fermée de mercredi à vendredi pour préparer la rentrée parlementaire.

Ensaf Haidar espère obtenir plus de détails sur la rencontre que M. Trudeau a eue avec le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane, en marge du G20 à la fin de novembre dernier.

À lire aussi: La femme de Raif Badawi confiante

Peu de détails filtrent sur la réunion des ministres à Sherbrooke

« J’ai appelé le bureau de Mme Bibeau (Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et députée de Compton-Stanstead) pour prendre un rendez-vous pour moi. Vendredi elle m’appelait pour me dire que j’avais une rencontre avec M. Trudeau et le bureau de M. Trudeau doit m’appeler pour me donner les détails », explique Mme Haidar en entrevue avec La Tribune.

« J’aimerais savoir c’était quoi les réactions du prince Mohammed ben Salmane sur la détention de Raif. Est-ce qu’il a des nouvelles ? J’ai lu les nouvelles publiques du journal, mais j’aimerais savoir personnellement c’était quoi ses réactions. J’aimerais aussi demander encore pour la citoyenneté pour Raif », continue Mme Haidar, qui est elle-même devenue citoyenne canadienne en juillet 2018.

Cela fera bientôt un an que Ensaf Haidar réclame la citoyenneté canadienne pour son mari, détenu depuis 2012 dans son pays d’origine pour avoir défendu la cause des femmes et celle du droit à l’opinion. Condamné à mille coups de fouet et à dix ans de prison, Raif Badawi se verra au surplus interdire de quitter l’Arabie saoudite ou d’utiliser les réseaux sociaux pendant encore dix ans après avoir purgé sa peine, qui comprend également une amende de 290 000 $.

Amnistie internationale a longtemps exhorté Ottawa à « jouer un rôle de leader » dans ce dossier, « étant donné les liens de sa famille au Canada ».

En août dernier, le prince héritier du royaume a expulsé l’ambassadeur canadien à Riyad et rappelé son propre ambassadeur à Ottawa, après que des diplomates, dont la ministre Chrystia Freeland, eurent exprimé leur soutien à l’endroit des militantes des droits des femmes arrêtées en Arabie saoudite, dont la sœur de Raif Badawi, Samar Badawi.

Dimanche, l’épouse de M. Badawi n’avait pas de détails concernant son entretien avec le premier ministre. Elle espère cependant que cet échange entraînera des actions concrètes de la part du gouvernement canadien. 

Manifestation pour le logement social

Par ailleurs, les membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), un regroupement national pour le droit au logement, profiteront eux aussi du séjour des ministres en région pour se faire entendre. Plusieurs d’entre eux se réuniront mercredi à 11 h 30 devant l’Hôtel Delta de Sherbrooke pour revendiquer la nécessité d’investissements en logement social.

« C’est clair qu’à l’approche du budget, on veut qu’il y ait de l’argent pour le logement social. Dans la Stratégie canadienne sur le logement, il y avait plein d’annonces, mais rien de concret ne s’est fait, côté montants ou projets. On veut vraiment qu’il y ait des investissements en logement social », commente Alain Roy, intervenant communautaire avec l’Association des locataires de Sherbrooke.

Le gouvernement Trudeau présentera sous peu son quatrième et dernier budget avant les élections et les membres du FRAPRU souhaitent que le montant alloué au logement social soit « à la hauteur des besoins et des objectifs ambitieux énoncés dans leur Stratégie ».

« Déjà au mois de novembre 2018, il y avait eu une manifestation organisée devant le bureau du ministre [Jean-Yves] Duclos à Québec, pour justement souligner le premier anniversaire de la Stratégie », ajoute M. Roy.

Sur la page Facebook du rassemblement tintamarre prévu, il est aussi possible de lire que « malgré sa promesse que l’ensemble des Canadiens et des Canadiennes ait accès à des logements abordables qui répondent à leurs besoins, le gouvernement Trudeau n’a pas permis que davantage de logements sociaux soient réalisés au Québec. Pire, il pousse le cynisme jusqu’à prévoir des investissements de plusieurs dizaines de milliards de $ dans un autre mandat, à condition qu’il soit réélu ».

Un autobus d’environ 50 personnes partira de Montréal mercredi pour que les membres de la grande ville puissent participer à la manifestation. Avec La Presse canadienne