Elysis choisit Jonquière

Elysis choisit le Complexe Jonquière pour installer son nouveau centre de recherche et de développement qui emploiera plus de 25 experts au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

L’entreprise Elysis, formée par Alcoa et Rio Tinto, a annoncé par communiqué de presse qu’elle travaille activement à la commercialisation d’ici 2024 d’une avancée technologique permettant d’éliminer complètement les émissions de gaz à effet de serre (GES) du procédé traditionnel de production d’aluminium et de les remplacer par de l’oxygène pur. 

En entrevue au Quotidien, Vincent Christ, chef de la direction Elysis, a mentionné que la coentreprise est présentement engagée dans une véritable course contre la montre, un élément primordial afin de compléter la mise au point du nouveau procédé de production d’aluminium et ainsi devancer les producteurs concurrents. L’une des qualités attendues de ce futur procédé est de réduire l’empreinte environnementale de l’industrie mondiale de l’aluminium. 

Opérationnel en 2020

Le Centre de recherche et de développement Elysis sera situé au Complexe Jonquière de Rio Tinto, sur le même site que l’Aluminerie Arvida, l’Usine Vaudreuil et le Centre de recherche et de développement Arvida. De façon plus précise, le futur centre sera réaménagé au Centre de production des cathodes (CPC) du Complexe Jonquière. Il devrait être pleinement opérationnel dans la deuxième partie de l’année 2020 avec la présence de 25 chercheurs experts qui seront recrutés dans les prochaines semaines. « Nous avons choisi d’opter pour un bâtiment existant désaffecté qui nécessitera certains préparatifs. L’objectif est d’éviter les délais reliés à la construction d’un bâtiment neuf », affirme M. Christ.

Interrogé sur les étapes à franchir au chapitre de la recherche, M. Christ rappelle qu’Elysis a breveté la nouvelle « recette » de base pour la production de nouvelles anodes et cathodes censées avoir une durée de vie 30 fois supérieure à celles constituées de carbone. « L’énigme est dans la recette. Le travail qui reste à accomplir touche les étapes destinées à franchir la taille commerciale », affirme-t-il. Il ajoute que les travaux de recherche réalisés depuis une quinzaine d’années par les deux producteurs d’aluminium au coût d’un milliard $ tiennent promesse. « Nous avons un plan de travail très détaillé établi sur cinq ans. On peut dire qu’on est sur la coche, comme on dit en québécois. » Pas question toutefois pour M. Christ d’élaborer plus à fond sur la technologie développée.

Collaboration avec Pittsburgh

L’équipe d’Elysis continuera de travailler en étroite collaboration avec le Centre technique d’Alcoa, près de Pittsburgh aux États-Unis, où cette technologie brevetée a été inventée et utilisée pour produire de l’aluminium à différentes échelles depuis 2009. Le Centre technique d’Alcoa offre notamment du soutien à Elysis quant aux matières servant à la fabrication des anodes et cathodes de nouvelle génération, lesquelles sont essentielles au développement du nouveau procédé.

Le nouveau procédé permettra de réduire les coûts d’opération des alumineries tout en augmentant leur capacité de production. Il pourra être utilisé tant dans les nouvelles alumineries que dans les installations existantes.

Selon les données fournies, la nouvelle technologie a la capacité de réduire les émissions de GES de sept millions de tonnes, soit l’équivalent de retirer 1,8 million de voitures des routes.

Elysis assurera également la vente exclusive des matières servant à la fabrication des anodes et cathodes de nouvelle génération, dont la durée de vie sera plus de 30 fois supérieure à celle des composants classiques.

« Nous sommes très fiers de nous ancrer au Québec et au Saguenay–Lac-Saint-Jean avec ce centre de recherche. Notre équipe a hâte de mettre l’épaule à la roue et de raffiner notre technologie qui permettra de révolutionner l’industrie de l’aluminium et de la rendre encore plus durable », a conclu M. Christ.

Alcoa, Rio Tinto, les gouvernements du Québec et d’Ottawa ont investi 188 millions $ dans la création d’Elysis.

+

UNE EXCELLENTE NOUVELLE POUR GAUDREAULT

(Pascal Girard) – Selon le député de Jonquière Sylvain Gaudreault, il s’agit d’une excellente nouvelle pour Jonquière en particulier et pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

« C’est exactement vers ça qu’il faut aller. Je plaide pour dépasser la confrontation entre environnement et économie, là on est en plein dedans avec Elysis. C’est de saisir les opportunités d’affaires, de développement, de création d’emplois, d’innovation, dans des productions qui réduisent les gaz à effet de serre, qui réduisent l’impact carbone, qui viennent contribuer à la lutte aux changements climatiques. Il faut que le Saguenay-Lac-Saint-Jean soit le leader là-dedans. Donc là, on est en train de se positionner. C’est le meilleur exemple pour aller dans ce sens-là. »