Le président de la FTQ, Daniel Boyer

Élection de la CAQ: les syndicats sous le choc

MONTRÉAL - Le réveil est brusque pour les centrales syndicales, qui se retrouvent avec, au gouvernement, le parti le plus éloigné des prises de positions syndicales, parmi les quatre qui ont récolté des sièges lundi.

La Coalition avenir Québec veut réduire le nombre de fonctionnaires, s’oppose à la hausse du salaire minimum à 15 $ et n’a pas la réputation d’être très ouverte aux syndicats.

Au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne, mardi, le président de la FTQ, Daniel Boyer, était encore un peu sous le choc devant l’ampleur de la victoire de la CAQ. Mais le président de la plus grande centrale syndicale du Québec a tout de suite exprimé son ouverture au dialogue.

«Je donne la chance au coureur. Je suis prêt à m’asseoir avec le gouvernement de la CAQ, avec François Legault, pour qu’on puisse travailler ensemble et faire avancer le Québec. On représente 600 000 travailleurs et travailleuses (à la FTQ seulement); on ne peut pas rejeter ça du revers de la main. On va tout faire pour travailler ensemble, mais, effectivement c’est le parti qui était le plus éloigné des organisations syndicales», a concédé M. Boyer.

De prime abord, il trouve des contradictions dans le discours de la CAQ. «Il y a comme quelque chose qui ne marche pas dans la position de la CAQ, à savoir de diminuer les taxes et les impôts, de diminuer le personnel dans la fonction publique et, en même temps, améliorer les services en santé, en éducation et dans notre fonction publique. Nous, on dit: au contraire, il ne faut pas baisser les taxes et les impôts; il faut réinvestir en santé, en éducation, dans le but de se donner les services auxquels la population est en droit de s’attendre», a lancé M. Boyer.

«On a goûté à la médecine»

À la Centrale des syndicats du Québec, la présidente Sonia Éthier a dit espérer que le gouvernement Legault se distinguera du gouvernement Couillard dans le choix de ses politiques.

«On a goûté à la médecine du gouvernement Couillard et on espère que le nouveau gouvernement ne nous servira pas la même médication, ni même les mêmes remèdes. Le message des citoyens a quand même été clair, hier: les citoyens veulent que le gouvernement connecte avec leurs besoins. Les besoins sont grands, notamment en santé, en éducation, en petite enfance», a-t-elle souligné.

Mme Éthier, dont la centrale est principalement concentrée dans le milieu de l’éducation, ne semble qu’à demi rassurée par le fait que François Legault ait maintes fois affirmé que sa priorité serait l’éducation.

«Ce qui nous inquiète un peu, c’est qu’il a dit qu’il maintiendrait un financement stable, mais il faut que ce soit à la hauteur des besoins, des besoins des élèves, de nos membres. Et, pour ça, il va falloir qu’il y ait un réinvestissement massif», a plaidé la présidente de la CSQ.

Embauchez du personnel

À la CSN aussi, le président Jacques Létourneau espère les réinvestissements promis en éducation et en santé. «Ces investissements devront servir à embaucher du personnel supplémentaire, déjà à bout de souffle en raison des surcharges de travail occasionnées par les pénuries de main-d’oeuvre», a-t-il affirmé.

Il a aussi déploré la «vision simpliste» de François Legault en matière d’immigration. «Il faut cesser d’aborder cette question de façon utilitariste: l’immigration est un apport essentiel pour le Québec, tant aux plans social que culturel.»

Finalement, il lui a rappelé son engagement à revoir le mode de scrutin.