Édith Blais serait toujours en vie.

Édith Blais serait toujours en vie, selon Freeland

La Sherbrookoise disparue au Burkina Faso, Édith Blais, serait toujours en vie selon la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland. « La situation n’a pas changé », a-t-elle mentionné aux médias, mercredi à Sherbrooke.

« C’est une situation très compliquée, a avoué la ministre lors d’une mêlée de presse. On va faire le suivi. La chose la plus importante pour nous c’est la sécurité et la santé d’Édith. Je ne peux pas parler des détails. Il y a des choses qu’on sait, mais qu’on ne peut pas partager parce que c’est de l’information privée. On ne veut pas dire des choses qui pourraient être dangereuses pour Édith. » 

À LIRE AUSSI: Édith Blais enlevée et amenée au Mali ?

Mme Freeland a suivi ce dossier de près durant l’été. Elle a même abordé le sujet avec le premier ministre sortant Justin Trudeau à quelques reprises.

« Je suis aussi inquiète par rapport à ce dossier. Je parle avec Marie-Claude [Bibeau] et je suis en contact avec la famille. Je veux souligner l’importance de ce dossier pour moi. Nos diplomates sont très impliqués. On a aussi parlé avec l’Italie par rapport à la situation », a expliqué la députée sortante de Toronto-Centre.

« C’est impossible de comprendre vraiment comment c’est difficile pour la famille, a-t-elle poursuivi. Mais je veux souligner le respect que j’ai pour eux. Toute la communauté de Sherbrooke appuie la famille très fortement et c’est important. C’est une douleur pour la famille, mais aussi pour nous tous. »

Rappelons qu’Édith Blais a été enlevée au Burkina Faso en décembre dernier en compagnie de son copain, Luca Tacchetto. Ils avaient quitté l’Italie, traversé le détroit de Gibraltar, et se trouvaient à Bobo-Dioulasso, la deuxième plus grande ville du Burkina Faso, quand ils ont été vus la dernière fois. Ils devaient prendre la route pour la capitale Ouagadougou avant de partir pour le Togo afin d’y faire du bénévolat.

En avril, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement du Burkina Faso avait affirmé que la Sherbrookoise disparue était vivante et se trouvait « probablement » au Mali.