Dans un communiqué diffusé lundi, Santé Canada confirme que l’examen complet de l’innocuité de 27 écrans solaires, commandé en réponse aux nombreuses déclarations de réactions cutanées potentiellement associées à des produits Banana Boat pendant l’été 2017.

Écrans solaires: attention aux allergies

Si aucun problème d’innocuité liée aux écrans solaires n’a été décelé par Santé Canada, le ministère a néanmoins découvert que des réactions cutanées allant de légères à modérées pourraient occasionnellement se manifester chez les personnes qui sont allergiques ou sensibles à au moins un des ingrédients de ces produits.

Dans un communiqué diffusé lundi, Santé Canada confirme que l’examen complet de l’innocuité de 27 écrans solaires, commandé en réponse aux nombreuses déclarations de réactions cutanées potentiellement associées à des produits Banana Boat pendant l’été 2017, n’a révélé «aucune nouvelle préoccupation». L’analyse effectuée précédemment par le ministère n’avait révélé aucun problème sérieux concernant la qualité des produits mis à l’essai.

«Cependant, le ministre a découvert que des réactions cutanées allant de légères à modérées pourraient occasionnellement se manifester chez les personnes qui sont allergiques ou sensibles à au moins un des ingrédients des produits d’écran solaire», souligne Santé Canada. 

Selon le ministère, même les écrans solaires portant la mention «hypoallergénique» peuvent renfermer des ingrédients qui pourraient entraîner une réaction allergique chez un petit nombre de personnes. 

«Il peut s’écouler jusqu’à trois jours avant que la réaction n’apparaisse. La réaction ne se limite pas aux régions cutanées exposées au soleil et peut se propager à la peau sur tout le corps», précise Santé Canada, qui suggère aux personnes qui ont la peau sensible de faire des tests de réaction avant d’utiliser tout produit d’écran solaire, plus particulièrement sur les enfants et les bébés.

Santé Canada rappelle en outre que certains produits, y compris des médicaments (certains antibiotiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, diurétiques et rétinoïdes anti-acné) peuvent rendre les gens particulièrement sensibles aux rayons ultraviolets et «faire en sorte qu’ils brûlent facilement et gravement».