Diminution des retards de livraisons de colis chez Postes Canada [VIDÉO]

MONTRÉAL - Les retards dans les livraisons de colis par Postes Canada sont en voie de se résorber. La situation s’est améliorée récemment, affirme le syndicat qui représente les 50 000 facteurs au pays.

En entrevue jeudi, Nancy Beauchamp, directrice nationale du Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes à Montréal, a rapporté que la situation s’était «de beaucoup» améliorée au cours des derniers jours.

«D’ici les deux prochaines semaines, ça devrait se résorber», a-t-elle avancé.

À cause de la pandémie de coronavirus et du confinement, qui ont fait bondir les achats en ligne, Postes Canada s’est retrouvée avec une importante augmentation du nombre de colis à livrer.

Qui plus est, ses employés aussi devaient adopter les mesures sanitaires requises, ce qui compliquait leurs tâches.

La société avait affirmé, au début de juin, devoir traiter 2 millions de colis par jour, soit trois fois plus que la normale pour ce temps-ci de l’année. Il s’en était suivi d’importants retards dans les livraisons de colis.

Au début de juin, le syndicat avait rapporté que des colis empilés dans 320 remorques attendaient d’être traités, uniquement à Montréal.

Aujourd’hui, Mme Beauchamp parle de 80 remorques de colis à Montréal.

Plusieurs causes

Elle attribue la diminution des retards de livraisons à plusieurs facteurs. «L’ouverture des commerces a changé la donne», entre autres, avance-t-elle.

De plus, elle rapporte qu’il y a eu embauche d’employés temporaires et l’autorisation d’heures supplémentaires par les employés - ce que le STTP revendiquait, pour faire face à l’afflux de colis.

De même, elle souligne que plusieurs employés des Postes sont revenus au travail, ceux qui s’étaient placés en isolement, qui avaient un proche infecté ou qui avaient des problèmes de garderie pour leurs enfants.

Elle relate que ses membres ont fait face à «beaucoup d’insatisfaction» de la part des citoyens, qui se plaignaient des délais et n’obtenaient pas de réponse. «C’est nous la face de Postes Canada. C’était un peu frustrant», d’autant plus que le syndicat lui-même se plaignait de la situation à l’employeur, affirme-t-elle.

Invitée à faire le point, la direction de Postes Canada n’avait pas encore fait connaître ses commentaires, au moment d’écrire ces lignes.

Par ailleurs, le syndicat a lui-même acheté des couvre-visages pour ses membres, en les payant à même les cotisations syndicales. «On va avoir deux masques par personne, avec le logo du syndicat dessus», précise Mme Beauchamp.