Marie-Ève Naud serait la victime de ce drame familiale

Deux morts dans un drame familial à La Tuque

LA TUQUE — La communauté de La Tuque est sous le choc à la suite de la découverte du corps d’une femme d’affaires bien connue en Haute-Mauricie, lundi matin. Il s’agirait vraisemblablement d’un drame familial qui se serait soldé par un meurtre et un suicide. Les autorités ont confirmé le décès d’une femme de 42 ans et d’un homme de 44 ans. L’enquête est toujours en cours.

«Selon toute vraisemblance, ça s’apparente à un meurtre suivi d’un suicide», a confirmé Ann Mathieu, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Deux scènes ont été protégées par la Sûreté du Québec. Le premier périmètre de sécurité érigé par les policiers est sur la rue des Acacias, le domicile du couple récemment séparé. Un deuxième périmètre se trouve sur la rue Iberville. 

Selon nos informations, l’homme de 44 ans se serait rendu à la résidence située sur la rue des Acacias tôt, lundi matin, où il aurait assassiné son ex-conjointe âgée de 42 ans, Marie-Ève Naud. L’individu se serait déplacé par la suite sur la rue Iberville où il se serait enlevé la vie.

Il s’agirait vraisemblablement de la résidence d’un proche de la femme de 42 ans. Une arme à feu aurait été utilisée. Les autorités ne confirment toutefois pas ces informations. La Sûreté du Québec a dévoilé très peu de détails jusqu’à présent. C’est le service des enquêtes des crimes contre la personne qui a été mandaté pour enquêter sur les deux événements. 

C'est dans cette maison de la rue des Acacias que Marie-Ève Naud aurait été tuée.

La victime, une femme d’affaires de 42 ans et mère de deux enfants, était impliquée dans l’entreprise familiale, le marché IGA de La Tuque. Rencontré sur place, le directeur du IGA n’a voulu émettre aucun commentaire, mais a confirmé que les employés étaient au courant de la tragédie. L’ambiance était d’ailleurs lourde dans le marché d’alimentation. 

Deux périmètres de sécurité ont été érigés.

Le drame était sur toutes les lèvres, lundi, à La Tuque, une petite communauté de 11 000 habitants tissée serrée qui a été ébranlée par le drame.

L’homme qui aurait commis l’irréparable est décrit comme un homme plutôt sombre par des gens de l’entourage.

Des curieux se sont présentés sur les lieux du drame en cherchant à comprendre ce qui a bien pu se passer. Sur les réseaux sociaux, les messages de sympathies envers la Latuquoise et sa famille se sont multipliés au courant de la journée.