Ristorante Michelangelo

Des pâtes sauce tomate pour des enfants pris dans le trafic

Si on cogne à la porte du Ristorante Michelangelo, ce sont peut-être des anges gardiens qui vont répondre.

Vendredi, deux autobus de l’école primaire Saint-Vincent (St. Vincent School) étaient coincés dans le stationnement de l’Aquarium de Québec. Le gros embouteillage causé par le camion renversé sur le pont Pierre-Laporte les empêchait de retourner à la maison. Toutes les voies en direction sud étaient bloquées entre 15 et 18h.

Les élèves ont dû attendre plusieurs heures dans les autobus, et l’heure du souper approchait… Les enfants étaient fatigués et ils avaient faim.

L'enseignante Angélie Caissy habite à Lévis, elle s'est vite rendu compte que le retour à la maison serait difficile en quittant l'école. Au lieu de prendre la direction des ponts, elle s'est dirigée vers l'aquarium pour voir si les élèves des autobus se portaient bien.

«Ça a pris deux heures pour aller dans le stationnement de l’aquarium… Les enfants étaient corrects, mais on voyait qu’ils avaient faim. On était tous en mode solution. À l’école on essayait d’aider les parents. J’ai décidé de prendre ma voiture et d’aller à la recherche de nourriture», explique-t-elle.

Elle se dirigeait plutôt vers un dépanneur ou une épicerie, mais le chemin Saint-Louis était bloqué. Les options devenaient limitées. Elle a donc tenté le coup : elle a cogné à la porte du Ristorante Michelangelo pour demander de l’aide. 

«Elle s’est présentée au resto et nous a expliqué la situation. On était les seuls avec de l’électricité dans le coin. Elle nous a demandé si on pouvait lui organiser quelque chose… On a pris ça sous notre aile avec grand plaisir», a expliqué le gérant du restaurant, Alex Bélanger.  

Le Michelangelo est situé sur le chemin Saint-Louis et il a la vue sur les ponts. 

«Depuis midi et demi qu’on voyait la situation sur les ponts, c’était très difficile. On a fait 15 portions de pâtes sauce tomate et du pain, rien de bien compliqué, pour que les enfants puissent manger», a continué M. Bélanger.

Les enfants ont pu se mettre une bouchée sous la dent, l'enseignante a apporté les plats chauds dans les autobus. Décidément, le geste des employés du restaurant a fait une différence pour ce groupe. Les sourires de satisfaction que les enfants avaient sur leur visage ont fait autant plaisir aux employés. 

«J’étais très contente, je n’étais pas surprise, étant donné la situation. Ce sont des jeunes enfants, je savais qu’ils comprendraient», ajoute Mme Caissy.

Le geste a rapidement été salué sur les réseaux sociaux. La publication a obtenu plus 2000 mentions J’aime et quelque 700 partages sur Facebook. Les citoyens (et surtout les parents!) ont pris le temps de remercier les employés en grande quantité. 

Les efforts de l'enseignante ont aussi été grandement appréciés, elle est restée avec les élèves toute la soirée, jusqu'à leur retour.

«C’est une affaire de circonstances, beaucoup de gens en éducation aurait fait la même chose, insiste-t-elle. Les compliments font chaud au cœur. Je tiens à souligner qu'il y a plein de monde impliqués qui ont bien géré la situation exceptionnelle qu’on a vécue, ils sont dans l'ombre mais ils étaient là.»