L’école primaire des Découvreurs, dans le sud-ouest de Montréal, a connu une évacuation forcée, lundi, en raison d'une émanation de monoxyde de carbone.

Des parents toujours inquiets après l’intoxication au monoxyde de carbone à l’école des Découvreurs

La rentrée scolaire a eu lieu dès 7h00 mercredi matin à l’école primaire des Découvreurs, dans le sud-ouest de Montréal, près de 48 heures après l’évacuation forcée de l’immeuble causée par une émanation de monoxyde de carbone.

Le gaz toxique a incommodé des dizaines d’élèves et d’adultes à l’intérieur de l’école située dans l’arrondissement LaSalle. Plusieurs ont dû être hospitalisés après avoir ressenti des nausées et des étourdissements. Certains ont vomi, selon Urgences-santé, et au moins neuf personnes auraient perdu connaissance.

Mardi, la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys a publié un communiqué indiquant que les analyses de la qualité de l’air avaient démontré qu’aucune concentration anormale de gaz n’avait été détectée. Les activités habituelles de l’école ont été suspendues.

À LIRE AUSSI : Deux enfants toujours hospitalisés et toutes les écoles inspectées

À LIRE AUSSI : Des élèves et employés d'une école de Montréal intoxiqués au monoxyde de carbone

Quelques parents d’écoliers ne sont pas rassurés, toutefois. Ils se sont exprimés mercredi sur le trottoir de la 39e Avenue, face à l’école.

Ils se demandent si les mesures pour qu’une telle situation ne se produise plus sont adéquates et si la détection d’une possible autre défaillance du système de chauffage au gaz naturel sera appropriée. Des parents ont déclaré que leurs enfants qui ont été témoins de scènes troublantes, lundi, ne veulent plus retourner à l’école des Découvreurs.

En conférence de presse, mercredi matin, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a tenu à rassurer les parents que «toutes les vérifications ont été faites de manière exhaustive» pour s’assurer de la qualité de l’air.

Il dit comprendre les craintes des parents, étant lui-même père de famille, mais insiste qu’il n’y a aucun danger.

Les analyses ont permis de constater que l’incident est imputable à la rupture d’un joint du système de chauffage, qui avait pourtant fait l’objet d’une inspection en octobre dernier. La commission scolaire ajoute que le détecteur de monoxyde de carbone, qui avait aussi été inspecté sans que l’on n’y voie d’anomalie l’automne dernier, mais qui a failli lundi, a été remplacé.

Les pompiers du Service de sécurité incendie de Montréal (SSIM) qui ont été dépêchés à l’école lundi ont détecté des niveaux de monoxyde de carbone jusqu’à cinq fois plus élevés que le seuil menant à l’évacuation d’un bâtiment.

L’école des Découvreurs compte quelque 275 élèves répartis dans 15 classes.