Leonard Cohen en 2006

Des lettres de Leonard Cohen à sa muse vendues pour 1,2 M$

Une série de correspondances et de souvenirs relatant la relation entre Leonard Cohen et sa muse, Marianne Ihlen, a été vendue pour un total de près de 1,2 million $.

La vente en ligne réalisée par Christie’s, qui s’est conclue jeudi, comprenait plus de 50 lettres du musicien à Marianne Ihlen, qui a inspiré sa chanson de 1967 So Long, Marianne, ainsi que des photographies, des cartes postales et des objets personnels.

Une cloche de bronze vieille de plusieurs siècles, qui ornait la maison que Cohen et Ihlen ont partagée sur l’île grecque d’Hydra alors qu’ils étaient dans la vingtaine, a ouvert l’enchère avec une mise gagnante de près de 110 000 $.

Plusieurs des lettres se sont vendues à un prix dépassant celui des estimations précédant l’enchère. Une missive de 1960, écrite à Montréal, a obtenu le prix le plus élevé de l’enchère, soit plus de 75 000 $.

Sentiments ambivalents

Dans la note dactylographiée, Leonard Cohen explique à Marianne Ihlen ses sentiments ambivalents pour sa ville natale.

«Au début, je détestais Montréal. Elle semblait petite, froide et brutale», écrit-il. «Mais maintenant, je me sens beaucoup mieux. J’ai redécouvert mes rues et mes clôtures de fer préférées.»

«Je brûle du bois dans la cheminée et je songe à comment nous apprécierions être ici ensemble.»

Les échanges sont une fenêtre sur le cheminement personnel de Leonard Cohen, alors que, de jeune poète en difficulté, il devenait un célèbre auteur-compositeur-interprète. Ils suivent les pas de sa relation durable avec Marianne Ihlen, originaire de la Norvège, du début de leur histoire d’amour des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970.

Leonard Cohen est décédé en novembre 2016, à l’âge de 82 ans.