«Ça fait trois en trois! Ça me fait du bien d'avoir remporté une médaille d'or dans chacune des distances individuelles», s'est exclamée la pétillante Kim Boutin.

Coupe du monde: Kim Boutin décroche l'or au 1000 m à Montréal

MONTRÉAL — Cette fois-ci, Kim Boutin n'a pas établi de record mondial. Mais le résultat a été le même, puisqu'elle a mis la main sur une troisième médaille d'or en deux semaines dans des épreuves individuelles de patinage de vitesse courte piste.

La Québécoise a remporté la médaille d'or au 1000 m samedi à la Coupe du monde de Montréal.

La semaine dernière, Boutin, un pilier de l'équipe féminine, avait établi un record du monde (41,936) sur 500 m, en route vers la conquête de l'or sur cette distance à la Coupe du monde de Salt Lake City. Elle s'était aussi signalée en remportant l'épreuve de 1500 m.

«Ça fait trois en trois! Ça me fait du bien d'avoir remporté une médaille d'or dans chacune des distances individuelles», s'est d'abord exclamée la pétillante Sherbrookoise.

Boutin, qui participait à sa première épreuve sur cette distance cette saison sur le circuit de la Coupe du monde, a franchi le fil d'arrivée en 1:30,827. Elle a aisément devancé au fil d'arrivée la Sud-Coréenne Seo Whi Min (1:31,268) et la Chinoise Fan Kixin (1:31,343).

«Ç'a quand même été une journée stressante pour moi, car je devais retrouver mes repères sur 1000 m, a-t-elle admis. Mais obtenir une médaille d'or ici, devant mes 'fans', c'était parfait.»

La Sherbrookoise s'est installée en troisième place derrière les deux Sud-Coréennes au départ, avant de progresser méthodiquement vers l'avant du peloton. Elle a ensuite profité de la chute de la Sud-Coréenne Kim Alang pour larguer ses adversaires, filant seule vers la victoire.

«Je voyais bien la stratégie des Sud-Coréennes, qui essayaient de me bloquer à l'avant, a évoqué Boutin. Je me suis donc dit que j'allais tenter un dépassement à l'extérieur, et lorsque l'opportunité s'est présentée j'ai plongé vers l'intérieur. Je suis vraiment contente de l'avoir réussi, parce que c'est l'une de mes faiblesses.»

Après avoir confirmé son triomphe, l'athlète âgée de 24 ans s'est penchée et a serré les poings, avant de faire un tour d'honneur sous les applaudissements nourris de la foule.

La triple médaillée olympique a couronné sa journée en qualifiant le Canada pour la finale du relais féminin 3000 m, qui aura lieu dimanche.

Boutin et ses coéquipières Danaé Blais, Alyson Charles et Courtney Sarault convoiteront une deuxième médaille en autant de semaines, après avoir obtenu le bronze à la Coupe du monde de Salt Lake City.

Du côté masculin, Steven Dubois s'est signalé en décrochant la médaille d'argent sur 1000 m, derrière le Sud-Coréen Hwang Dae Heon. Le podium a été complété le Chinois Han Tianyu.

«C'est incroyable! Je savais que j'avais ça en moi, mais de le réaliser au 1000 m — je considère que c'est ma moins bonne distance —, je suis vraiment content, c'est sûr», a admis le patineur à la moustache excentrique.

«C'est un peu comme avec les 'chars'; c'est un aileron qui me procure des appuis aérodynamiques», a enchaîné Dubois, lorsqu'on lui a demandé d'expliquer pourquoi il avait adopté ce genre de pilosité faciale.

Pour sa part, la recrue Maxime Laoun a fini en cinquième position du 1000 m.

Une première pour Gagnon

Au 1500 m, Claudia Gagnon, de La Baie, avait peine à croire qu'elle avait terminé en cinquième position de la finale - une première pour elle en carrière.

«J'étais vraiment stressée; je tremblais comme une feuille. La dernière fois que j'avais ressenti autant de stress sur la patinoire, j'étais très jeune. Mais c'était le fun, c'était une première fois», a confié Gagnon.

Il s'agissait d'une performance exceptionnelle pour l'athlète âgée de 20 ans, qui avait franchi deux rondes de repêchage en matinée avant de prendre part à deux autres rondes éliminatoires en après-midi.

Comble de malheur, la finale a dû être reprise à la suite de la violente chute de la Chinoise Han Yu Tong, rallongeant encore davantage sa journée de travail. Ce qui lui a probablement nui, a-t-elle reconnu après coup.

«J'ai mal géré un dépassement, ce qui a fait que j'ai perdu beaucoup de vitesse et que mes adversaires ont pu me dépasser, a-t-elle expliqué. À la reprise, mes jambes étaient plus fatiguées, mais j'ai tout donné et que je suis satisfaite du résultat.»

Par ailleurs, la journée de travail de Charles Hamelin s'est avérée de courte durée.

Hamelin, qui est âgé de 35 ans, a été éliminé en demi-finales du 1500 m après avoir commis une bête erreur dans un virage, alors qu'il était en troisième position.

«J'ai posé le pied gauche sur un bloc, ce qui ne pardonne pas, et je me suis ramassé dans la bande à trois tours et demi de l'arrivée», a expliqué Hamelin, sans détour.

La Coupe du monde de Montréal, la deuxième escale de la saison, se terminera dimanche à l'aréna Maurice-Richard.