Coupable d’extorsion envers un salon de massages érotiques

Un homme relié au groupe de motards Devils Ghosts qui demandait de l’argent pour « protéger » un salon de massage érotique à Sherbrooke a reconnu un crime d’extorsion.

Devant le tribunal, mardi, Gilles Jr Poirier a plaidé coupable d’avoir demandé une somme d’argent sous la menace ou par la violence à l’endroit de deux personnes entre le 1er février et 31 juillet 2018.

À lire aussi: Un Devils Ghosts accusé d’extorsion à un salon de massage érotique

Les Devils Ghosts ont quitté Saint-Denis

Au cours de cette période, Poirier s’est présenté au salon de massage pour y réclamer une somme d’environ 1000 $ pour assurer la protection de l’endroit. Le responsable de l’endroit situé au 460 de la rue King Est lui a alors remis seulement la moitié de la somme.

Poirier est retourné une deuxième fois, mais aucune somme ne lui a été remise.

Une plainte a été déposée à la police relativement aux agissements de l’homme de 39 ans dont le groupe est relié aux Hells Angels.

Les conversations et images de l’accusé ont été captées sur les bandes vidéos du salon de massage de la rue King Est.

« Il a fait des pressions pour que le commerce ait accès à une certaine protection. Il demandait 1000 $ par mois pour protéger le commerce », a signalé la procureure aux poursuites criminelles Me Maude Lapointe.

L’avocat de la défense Me Christian Raymond a demandé que son client puisse rencontrer un agent de probation dans le but qu’un rapport présentenciel soit rédigé.

« Mon client n’a pas d’antécédent judiciaire. Il y a une histoire particulière qui explique les gestes », a fait valoir Me Raymond.

Gilles Jr Poirier

Les observations sur la peine ont été reportées au 19 juillet.

L’enquête a été menée par le service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec.

Gilles Jr Poirier avait été arrêté le 1er septembre 2018.

Il avait été remis en liberté sous de nombreuses conditions.

Gilles Jr Poirier a dû déposer 1500 $ aux greffes du palais de justice de Sherbrooke, s’engager à rester à son domicile d’Acton Vale et respecter un couvre-feu de 22 h à 7 h.

Il ne peut pas se trouver à Sherbrooke, sauf pour les procédures judiciaires, ou communiquer avec les deux victimes au dossier.