Michael Riverin, 43 ans, déteste les punks et envisageait d’éliminer deux d’entre eux le 31 octobre dernier.

Coupable de menaces envers des punks

Michael Riverin, 43 ans, déteste les punks et envisageait d’éliminer deux d’entre eux le 31 octobre dernier.

L’homme, colérique, avec plusieurs antécédents de violence, avait même un alibi pour ne pas se faire prendre après son crime. 

Riverin avait fait ces confidences troublantes à son intervenante communautaire lors d’une rencontre tenue le 21 septembre. Il avait dit à la dame être tanné de voir les punks quêter sur la rue. 

L’intervenante avait pu voir que Riverin possédait une arme à impulsion électrique. Elle a dénoncé ces propos violents à la police. Michael Riverin a été arrêté le 16 octobre par le groupe tactique d’intervention du SPVQ alors qu’il sortait d’un autobus.

Les policiers ont perquisitionné son logement et ont trouvé les deux armes prohibées de type «taser» en plus d’un poing américain.

Riverin a plaidé coupable mercredi aux menaces de mort, à possession d’armes prohibées et à possession d’armes prohibées alors qu’une ordonnance de la cour le lui interdisait depuis 2009. 

Les parties se sont entendues pour demander la confection d’un rapport avant la sentence. La procureure de la Couronne, Me Geneviève Blouin, a dit vouloir en connaître plus sur «le schème de pensées de Monsieur», d’autant plus que les propos violents n’étaient pas les premiers qu’il prononçait. Riverin avait aussi précisé à son intervenante que verbaliser des pensées violentes lui faisait du bien et l’empêchait de passer à l’acte, a tenu à soulever l’avocate de défense, Me Catherine Rigali-Boivin.

Riverin connaîtra donc sa peine plus tard cet hiver.

Il a déjà été condamné à 18 mois de prison en 2008 pour une introduction par effraction.