Serge Aubé

Coupable d'avoir tué un chien: des suggestions de peine opposées

Coupable d’avoir tué le chien de sa voisine à l’aide d’une arme à feu, à Cookshire-Eaton, Serge Aubé connaîtra sa peine au début de 2019.

Si la poursuite réclame une peine de six mois de prison à purger dans la collectivité, la défense souhaite qu’il puisse bénéficier d’une absolution inconditionnelle.

Lire aussi: Il reconnaît avoir tué le chien de sa voisine

L’individu de 59 ans a témoigné, jeudi lors des observations sur la peine au palais de justice de Sherbrooke, qu’il était prêt à dédommager la victime de 1500 $ pour les gestes.

« Je regrette beaucoup. J’ai vécu différents méfaits à la suite de cette affaire. Ma conjointe vit ça de façon très difficile. Elle n’était pas contente de moi. Je sais que j’ai fait une gaffe », signale Aubé.

L’homme de 59 ans a été ciblé sur la page Facebook Spotted Cookshire.

« Il y a beaucoup de menteries qui se racontent là-dessus. On entend beaucoup parler de ça. Je regrette mon geste parce que ça fait de la peine à madame. Je n’aurais pas dû. Il y avait peut-être d’autres solutions », signale Aubé.

Peine exemplaire

La propriétaire du chien Jessica Lambert ne croit pas aux excuses de Serge Aubé. Il souhaite qu’il soit condamné à une peine encore plus grande que celle suggérée au juge par la procureure aux poursuites criminelles, Me Émilie Baril-Côté.

« Il doit être condamné à une peine exemplaire. J’ai vécu un choc post traumatique à la suite de cet événement. Il y a eu plusieurs impacts sur ma vie à la suite de ces gestes. Ce n’est pas facile », signale Jessica Lambert.

Jessica Lambert

L’avocat de la défense Me Me Michel Dussault a voulu démontrer l’intérêt véritable de son client à bénéficier d’une absolution inconditionnelle.

Aubé a vécu des pertes financières dans le cadre de son travail de camionneur où il doit se rendre aux États-Unis.

« Il y a des conséquences dans un petit milieu. On lui a démontré que c’était inacceptable », signale Me Dussault.

En juin dernier, Serge Aubé avait reconnu devant le tribunal avoir tué le chien de sa voisine parce qu’il était « lousse » et faisait ses besoins sur son terrain le 14 août 2017. 

Il a tiré sur le chien à partir de la fenêtre de sa chambre avec une carabine vers 22 h. 

La peine sera imposée à Serge Aubé le 22 janvier 2019.