Le mémorial qui rend hommage aux 115 hommes décédés pendant la construction du canal Welland a été inauguré le 12 novembre 2017.

Construction du canal Welland en Ontario: vous connaissez le capitaine Bergeron?

Ils sont plus de 100 travailleurs à avoir péri pendant la construction du canal Welland entre 1913 et 1935. Parmi eux, le capitaine Thomas Joseph Bergeron de Sillery, à Québec.

Ces ouvriers, qui n’avaient pas le luxe de travailler avec les conditions de sécurité que nous avons aujourd’hui, sont morts lors de tragiques accidents. Le travail qu’ils ont fait aura permis de relier le lac Ontario (Port Weller) au lac Érié (Port Colborne). Ce qui a grandement moussé l’économie du Canada et changé le mode de vie des citoyens. 

«Une promesse avait été faite quand le canal Welland a été officiellement ouvert en août 1932. On voulait créer un mémorial pour honorer les 115 hommes qui étaient décédés pendant la construction», raconte l’Ontarien Arden Phair, historien.

La promesse n’a jamais été tenue. M. Phair et le journaliste Grant LaFleche ont rendu publique cette histoire par une série d’articles. Peu de temps après, une pétition était signée par des milliers de personnes pour construire le mémorial. Il a finalement été inauguré en novembre 2017.

«Pendant nos recherches, on a même découvert que le nombre de morts était bien plus élevé. Ils ont été oubliés pendant des années, c’est important qu’on se souvienne d’eux. Ça a été le plus grand nombre de décès dans un projet de construction canadien.»

À la recherche de réponses

Tout récemment, un autre nom vient de s’ajouter à la liste des ouvriers décédés, celui du capitaine Bergeron, la 138e victime. Son nom sera ajouté au mémorial prochainement et M. Phair espère que ses descendants pourront être présents. 

«On aimerait parler avec la famille, récolter des photos ou des anecdotes pour ajouter à notre livre», explique l’historien.

Depuis 2013, lui et son équipe travaillent sur un livre qui racontera l’histoire de la construction du canal. Ils fouillent les archives. Les travailleurs décédés et leurs histoires se retrouveront aussi à l’intérieur. Ce n’est pas écarté que d’autres noms puissent s’ajouter à celui de M. Bergeron. 

Triumph and Tragedy : The Welland Ship Canal sera publié au début de l’année prochaine. M. Phair espère y ajouter l’histoire du Québécois de Sillery.

En 2017, les descendants des victimes déjà connues avaient voyagé de partout au pays, de l’Amérique ou de l’Europe pour assister au dévoilement du mémorial. C’était un moment très émotif pour plusieurs, qui avaient tant entendu parler de leur ancêtre. 

Le capitaine Bergeron est mort le 7 novembre 1916 à l’âge de 50 ans. Il a glissé et est tombé entre deux navires. Cause du décès? Noyade. Il a laissé dans le deuil sa femme et huit enfants. Son corps a même été envoyé à la maison pour l’enterrement, il repose au cimetière Saint-Michel-de-Sillery. 

Vous pensez connaître la famille de M. Bergeron? Le capitaine pourrait être votre ancêtre? M. Phair veut vous entendre (aphair@cogeco.ca)

Plus d’un million de dollars d’investissements a été récolté pour le projet depuis 2013, pour le livre, le mémorial et les pierres tombales de ceux qui n’en avait même pas. Des dizaines de bénévoles s’étaient donné la mission d’honorer ces braves hommes, c’est mission accomplie. Leur seul souhait est de n’oublier personne au passage. 

> Pour plus d’informations sur le projet complet mené par M. Phair