Certains n’ont pas hésité à profiter des espaces verts pour se rafraîchir alors qu’une vague de chaleur s’abat sur le Québec depuis plusieurs jours.

Comment dormir dans la canicule?

Draps trempés de sueur, oreillers comme des bouillottes, retournements incessants : la vague de chaleur extrême qui sévit sur le Québec a empêché bien des gens de trouver le sommeil. Comment dormir dans la canicule? Le Soleil a demandé à Charles Morin, professeur de psychologie à l’Université Laval, directeur du Centre d’étude des troubles du sommeil et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les troubles du sommeil.

Q  Beaucoup de gens ont de la difficulté à dormir lorsqu’il fait chaud. Pourquoi? 

R  Notre température corporelle a une tendance naturelle à baisser la nuit. […] Si la température ambiante est plutôt à la hausse, ça va venir contrecarrer un peu les effets de notre horloge biologique ou de nos rythmes biologiques naturels. […] Il y a même des enquêtes qui ont documenté ça. Il y a des associations entre la température ambiante nocturne et la qualité et la durée du sommeil. On parle de températures excessives lorsque c’est trop chaud. Si c’est trop froid, ce n’est pas mieux non plus. Mais l’effet est pire avec une canicule que si, disons, on manque d’électricité et on trouve des couvertures. 

LIRE AUSSI: La fin d'une canicule meurtrière 

Q  À quelle température le sommeil devient-il plus difficile? 

R  Le point de confort est entre 18 et 21 °C. Il y a des différences individuelles. Il y a des gens qui préfèrent dormir quand c’est très, très frais. D’autres vont préférer quand c’est chaud et vont ajuster le nombre de couvertures. Grosso modo, on sait que l’être humain n’aime pas les températures excessives. Même si ça fluctue un peu, ce n’est pas grave. Mais quand on est rendu à des canicules et qu’on excède de 5, 6, 7 degrés ces températures-là, c’est clair que ça va avoir un effet négatif pour la plupart des gens. 

Q  Quelles sont les conséquences d’un sommeil perturbé par la chaleur? 

R  Si on parle juste d’une ou deux nuits, ça va être surtout des conséquences immédiates d’un manque de sommeil. Ça va affecter notre vigilance le lendemain. On va probablement être moins attentif, on va peut-être être plus somnolent. L’humeur va probablement être plus irritable. C’est plus lorsque ça se répète dans le long cours que ça peut avoir un impact sur la santé physique, les fonctions immunitaires. […] À long terme, on sait qu’un manque de sommeil chronique peut engendrer même un état dépressif. 

Q  Comment peut-on mieux dormir par période de canicule? 

C’est certain que la première chose, ce serait le ventilateur, l’air climatisé. À défaut d’avoir ça, on peut laisser entrer l’air frais la nuit. Puis, le matin, on ferme les portes, on ferme les fenêtres et on ferme tous les rideaux. Dans le sud, c’est comme ça qu’on se protège. On bloque les sources de chaleur. À la base, c’est très important. Après, il y a des préférences personnelles. Mais pour les couvertures, il faut y aller avec du léger. Il y en a même qui vont suggérer de mettre les couvertures au congélateur avant d’aller au lit pour se refroidir le corps. Ou bien on peut prendre une douche. Ça ne veut pas dire de prendre une douche glaciale, mais une douche fraîche pour aider notre corps à se refroidir. Il a besoin de se refroidir pour initier le sommeil. Une fois qu’on est parti, on peut endurer un peu plus la chaleur. C’est sûr que la tête est très importante. Donc une serviette d’eau froide peut aussi être utile. Il faut dormir le plus bas possible. Au rez-de-chaussée, au sous-sol, c’est certain que ça va être mieux que d’aller dormir à l’étage. La chaleur cherche à monter.