Clinique juridique téléphonique: conseils gratuits cette fin de semaine

MONTRÉAL — Peu importe leurs revenus, les Québécois qui veulent obtenir des conseils juridiques pourront le faire gratuitement en fin de semaine grâce à la 32e Clinique juridique téléphonique du Jeune Barreau de Montréal (JBM) qui s’étend à la grandeur de la province.

Plus d’une centaine d’avocats et de notaires répondront au cours de la fin de semaine aux appels des citoyens sur divers sujets, entre 9h et 16h30 au numéro 1-844-779-6232 mis sur pied pour l’événement.

Si l’événement n’est pas nouveau, le nombre d’appels a explosé l’an dernier, passant du simple au double de 1500 à 3000 appels.

En entrevue à La Presse canadienne, le président du JBM, Jonathan Pierre-Étienne, a expliqué cette recrudescence par le phénomène des réseaux sociaux où les nouvelles se propagent à une rapidité folle.

«Tout est gratuit. Il n’y a pas de mauvaise question», souligne l’avocat.

L’accès à la justice demeure la principale préoccupation des organisateurs de l’événement, mais aujourd’hui, on veut aussi inciter les gens à agir avant qu’il ne soit trop tard.

«Il ne faut pas attendre à la dernière minute pour faire face à une situation qui affecte son quotidien, note Me Pierre-Étienne. Il vaut mieux consulter en amont que d’attendre que le problème devienne inévitable.»

Famille et contrats

Parmi les sujets qui reviennent le plus fréquemment, 24 % concernent des préoccupations liées à la famille. Par exemple, lequel des parents doit payer pour le camp de jour estival dans le cas d’une garde d’enfant partagée ou encore comment procéder à la séparation de biens lors d’une rupture entre conjoints de fait de longue date.

Les contrats et obligations arrivent aussi au sommet des préoccupations, dans 18 % des consultations. Ceci inclut l’achat et la vente de maisons, dont quoi faire si l’on reçoit un avis de dénonciation de vice caché ou comment aborder un testament ou régler une succession.

Il y a aussi les questions liées au bon voisinage, au droit du travail après un licenciement... et même les contraventions.

«On touche à tout. La durée moyenne d’un appel est de dix minutes, mais si l’on a besoin de prendre 20 ou 30 minutes avec le citoyen on va le faire, assure Me Pierre-Étienne. Plus encore, si la question est complexe, nous allons faire la recherche et rappeler le citoyen.»

La tenue de cette Clinique juridique téléphonique est possible grâce à la collaboration de plusieurs partenaires, dont le Jeune Barreau de Québec (JBQ) et l’Association des Jeunes Barreaux de Région (AJBR).

Une Clinique juridique téléphonique se déroulera aussi simultanément à Bruxelles, en Belgique.

«Nous sommes fiers de notre clinique», affirme Me Jonathan Pierre-Étienne.

L’idée est d’exporter l’initiative, d’abord avec le Jeune Barreau de Bruxelles cette année et on espère que d’autres villes s’ajouteront d’année en année, ajoute-t-il.