Cette photo a été prise jeudi.

Circulation sur la voie maritime: aussitôt relancée, aussitôt suspendue

Les efforts déployés par la Garde côtière canadienne pour dégager le lac Saint-Pierre d’un embâcle situé à la hauteur de Sorel ont porté ses fruits. L’embâcle a cédé jeudi matin, permettant le passage d’un seul navire en direction est, mais ce dernier a été pris dans les glaces à la hauteur de Maskinongé. La situation a amené la Garde côtière canadienne à suspendre de nouveau la navigation jusqu’à nouvel ordre.

La journée avait commencé avec l’annonce de la reprise graduelle du trafic dans la voie maritime. La Garde côtière déclarait que le navire Belgium avait eu l’autorisation de circuler sur le lac Saint-Pierre entre Montréal et Trois-Rivières. Les autorités prenaient soin d’ajouter que les brise-glaces allaient s’assurer que la glace s’écoule bien jusqu’à Trois-Rivières. Mais en fin de journée, jeudi, le scénario avait changé.

«La glace en mouvement est maintenant sous pression dans le secteur de Maskinongé où nos deux brise-glaces, le NGCC Pierre Radisson et l’Amundsen, poursuivent le déglaçage dans le but de déprendre le Belgium.  La navigation ne reprendra pas aujourd’hui (jeudi) et les conditions seront évaluées au cours de la nuit pour qu’une décision soit prise demain matin (vendredi), à savoir si nous autorisons un autre transit», a fait savoir par courriel Isabelle Pelchat, gestionnaire par intérim du programme de déglaçage et des opérations arctiques à la Garde côtière canadienne.

La suspension du trafic maritime dans le lac Saint-Pierre a des impacts sur les activités du port de Trois-Rivières. Deux navires qui sont passés par ce port plus tôt cette semaine demeurent sur les lieux, incapables de naviguer vers l’ouest. Trois navires ont accosté à Trois-Rivières même s’ils ne devaient pas s’y arrêter.

Le port de Trois-Rivières se préparait à accueillir deux autres navires au cours des prochaines heures. Ceux-ci s’ajoutent aux bateaux déjà accostés à Trois-Rivières qui doivent livrer entre autres de l’acier et du vrac liquide dans des ports situés à l’ouest.

La Société du parc industriel et portuaire de Bécancour ne subit aucune conséquence de cette suspension du trafic maritime sur le lac Saint-Pierre. La très vaste majorité de ses bateaux arrive de la mer et repart dans la même direction.