De passage dans la capitale, mercredi, dans le cadre du Déjeuner des chefs d’entreprise du Carnaval de Québec, Michael Sabia a fermé la porte à une éventuelle transaction concernant la cimenterie gaspésienne.

Ciment McInnis conserve le soutien de la Caisse de dépôt

Le grand patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec assure que son organisation n’a pas l’intention, pour le moment, de se départir en partie ou de la totalité de ses actions dans Ciment McInnis, en Gaspésie.

En janvier 2018, l’agence Bloomberg révélait que la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), en collaboration avec une firme de services-conseils, envisageait différents scénarios concernant sa participation dans la cimenterie de Port-Daniel-Gascons. Le statu quo était toutefois l’une des options envisagées.

De passage dans la capitale, mercredi, dans le cadre du Déjeuner des chefs d’entreprise du Carnaval de Québec, le président et chef de la direction de la Caisse de dépôt, Michael Sabia, a fermé la porte à une éventuelle transaction. Il a affirmé que son organisation croyait toujours au potentiel de l’usine qui doit produire plus de 2,3 millions de tonnes métriques de ciment par année. «Nous travaillons présentement sur la qualité de la gouvernance et de la direction. Nous sommes convaincus du potentiel de cette entreprise. Avec cet investissement, nous avons du travail à faire, mais c’est aussi le cas pour tous nos investissements à travers le monde», affirme M. Sabia. «On va continuer et je pense qu’étant donné le niveau de la demande pour ce produit du côté des États-Unis, il y aura des occasions fortes intéressantes d’un point vue commercial pour cette entreprise», poursuit-il.

Ce dernier a justement eu des pourparlers avec ses coactionnaires dans cette aventure après les Fêtes. L’objectif était de dresser un bilan de la situation.

615 millions $ injectés

Pour se rafraîchir la mémoire, la facture pour la construction de l’établissement avait atteint 1,5 milliard $, soit 444 millions $ de plus que prévu.

En 2016, malgré la hausse des coûts annoncés, la CDPQ avait choisi d’injecter 125 millions $ supplémentaires. Elle avait ainsi fait bondir ses parts dans le projet à 55 %, dépassant celles du Groupe Beaudier. En tout et partout, Investissement Québec et la CDPQ ont injecté 615 millions $ dans Ciment McInnis, notamment sous forme de prêts. Le fonds d’investissement BlackRock figure aussi parmi le groupe de propriétaires.

«Pour l’instant, notre objectif est vraiment de continuer d’améliorer la qualité des opérations, d’augmenter notre capacité d’exportation et de simplifier l’accès à nos clients. C’est une bonne façon pour continuer à bâtir cette entreprise. Pour le futur, on verra», conclut M. Sabia. 

Cet automne, la direction de Ciment McInnis souhaitait que le gouvernement du Québec convertisse son prêt de 250 millions $ en actions de l’entreprise.