Catherine Dorion a reçu lundi une mise en demeure de la station Radio X, tandis que l’animateur du FM93 Éric Duhaime a annoncé en ondes qu’il allait faire de même.

Catherine Dorion mise en demeure par des radios

Un combat judiciaire s’engage entre la députée solidaire Catherine Dorion et des stations de radio de Québec. La députée de Taschereau a reçu lundi une mise en demeure de la station Radio X, tandis que l’animateur du FM93 Éric Duhaime a annoncé en ondes qu’il allait faire de même. Mme Dorion a répliqué qu’elle n’a pas l’intention de se taire.

Dans les deux cas, les radios exigent que la députée se rétracte de propos qu’ils jugent diffamatoires, sinon une poursuite judiciaire s’enclenchera. La semaine dernière, Catherine Dorion a publié sur les réseaux sociaux un podcast d’environ une heure enregistré en compagnie de la chanteuse Safia Nolin. Les deux artistes ont parlé d’intimidation, puis ont critiqué le climat médiatique au Québec. Mme Nolin a nommé sept personnalités qui contribuent négativement selon elle aux débats, dont Jeff Fillion, «tout le monde de Radio X» et Éric Duhaime. 

Dix minutes plus tard dans ce même podcast, Catherine Dorion a soutenu que «c’est l’occupation de l’espace médiatique par du monde méchant genre, qui finalement encourage la division, la haine pis tout ça.» Elle a par la suite ajouté que «oui, ils vont radicaliser du monde, comme du monde qui font des actes haineux, pis du monde qui font des meurtres».

Propos «disgracieux»

Des propos que M. Duhaime juge «disgracieux» et «dégoûtants», surtout venant d’une élue de l’Assemblée nationale. «C’est ma députée qui m’accuse de quelque chose de criminel», a-t-il dénoncé. 

M. Duhaime croit que la députée l’a pris en grippe. «Catherine Dorion, c’est pas vrai qu’elle va s’en sortir gratis», a lancé l’animateur, qui a l’intention d’aller jusqu’au bout de l’affaire. «Quand même que je me ruine, ça ne me dérange pas.»

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook en soirée lundi, l’élue de Québec solidaire s’est adressée directement à Éric Duhaime pour lui dire d’arrêter de «faire la victime», «comme si je t’avais accusé d’être un tueur». 

«Éric Duhaime, t’es pas coupable, ni directement, ni indirectement d’un meurtre. Relaxe. Sauf que, on est collectivement responsables de cette ambiance médiatique-là, de confrontation», croit-elle. 

La députée a annoncé qu’elle n’allait pas se rétracter pour «des choses que je n’ai pas dites». «Aujourd’hui je décide que je vais pas me taire», a-t-elle soutenu, comparant les mises en demeure à de l’intimidation.