Lisa Cyr et Marie-Pier Tremblay
Lisa Cyr et Marie-Pier Tremblay

Café félin: un objet d’une «valeur inestimable» dérobé

Voler de l’argent est une chose, mais voler une médaille d’Afghanistan qui témoigne des années de services et sacrifices d’une ex-militaire, «c’est dégueulasse».

Marie-Pier Tremblay et Lisa Cyr sont les nouvelles propriétaires du Café Félin Ma Langue Aux Chats dans le Vieux-Port de Québec depuis juillet 2019. Il y a quelques jours, des voleurs se sont introduits par effraction pour y voler de l’argent, deux fois plutôt qu’une, dans la même semaine. 

La première journée, les voleurs sont repartis avec la boîte de dons, elle devait contenir environ 100 $. Le lendemain, comme si ce n’était pas assez, ils sont revenus pour le tiroir-caisse.

«On ne fait pas des millions avec le café, on paye souvent de notre poche. Avec cet argent-là, on paye les soins du vétérinaire. Et l’argent ce n’est pas si grave, le plus important c’est nos chats, nos bébés», indique Mme Cyr. 

Les vols sont survenus les 20 et 21 janvier, Mme Cyr n’avait alors pas trop ébruité l’événement, elle ne voulait pas alerter son amie et partenaire, Marie, qui était en vacances.

«Elle avait vraiment besoin de se reposer, alors on en a pas trop parlé avant qu’elle revienne...» 

Pas seulement de l’argent

Des «bébés», les deux femmes en ont quatorze, ils portent les noms de leurs amis décédés en Afghanistan. 

«C’est notre histoire à nous. On a acheté le café pour une thérapie, pour faire un endroit de paix. Pour les personnes avec le syndrome de stress post-traumatique comme nous. On voulait que les gens viennent ici et soient heureux. Les chats font de la zoothérapie», raconte la copropriétaire. 

Lisa garde des blessures de douze années de harcèlement au travail, alors que Marie-Pier doit vivre avec les images de la guerre tous les jours.

Sa médaille est l’un des souvenirs qu’elle a ramenés d’Afghanistan. Jeudi, l’ex-militaire voulait  la montrer à des amis vétérans venus au café, sa médaille fait sa fierté. «Elle s’est rendu compte qu’elle avait disparu. Elle a une valeur inestimable à nos yeux. Je sais les sacrifices que Marie a faits... La prendre et l’emporter? C’est dégueulasse», exprime Mme Cyr. 

La médaille de Marie-Pier Tremblay ressemble à celle-ci.

Appel aux clients

Dans un message sur la page Facebook du café, Marie-Pier Tremblay s’adresse à ses clients pour expliquer la triste situation. «Pourquoi? Elle ne vaut rien, c’est du métal, mais à mes yeux j’étais fière de la présenter au café, une partie de moi, de nous... Elle porte mon nom et mon matricule : Marie-Pier Tremblay 037», écrit-elle.

Elle prie les internautes de garder les yeux ouverts. «Svp rapporte-la, en cachette peu importe. L’argent, je suis énormément déçue, mais c’est de l’argent.... l’Afghanistan n’a pas de prix.»

La médaille était installée au mur, sur une étagère. Les deux femmes se disent honnêtes, elles font confiance à leurs clients. «Aujourd’hui j’ai vu, plutôt compris, que des gens peuvent être malveillants, et très méchants», avait aussi ajouté Mme Tremblay.

Photo des caméras de surveillance montrant les voleurs dans le Café félin.