Bromont a dévoilé lundi sa nouvelle certification « vélosympathique ». On voit ici Jacques Lapensée (conseiller), Marco Chouinard (IBM), Louis Villeneuve (maire), Claire Mailhot (conseillère) et son collègue Michel Bilodeau.

Bromont certifiée vélosympathique niveau argent

Bromont vient de faire un pas de plus pour se positionner comme « ville vélo » en dévoilant, lundi, qu’elle devient la troisième ville au Québec à obtenir l’accréditation « vélosympathique » de niveau argent. Et pas question de s’asseoir sur ses lauriers : la municipalité ne vise rien de moins que l’or.

« Obtenir la certification or de vélo Québec, c’est un objectif que l’on va atteindre, a affirmé en entrevue le maire de Bromont, Louis Villeneuve­. On va mettre tous les efforts pour y arriver le plus rapidement possible. Je pense qu’on est sur une belle lancée. Les citoyens et les commerçants embarquent. Ici, on a comme développé un instinct vélo. On voit un réel changement de culture. Rouler sur deux roues, ça déborde maintenant du cadre du loisir. Et c’est très stimulant de voir les pas de géant que l’on fait en ce sens-là. »

De son côté, la chargée de programme du « Mouvement vélosympathique », lancé en 2016, Sandrine Cabana-Degani, a souligné à grands traits l’accomplissement de Bromont. « Avoir une certification argent, c’est très impressionnant pour une ville comme Bromont. Jusqu’ici, seules Montréal et Gatineau l’ont reçue. »

Rafler la plus haute distinction n’est toutefois pas gagné d’avance. « Pour aller chercher l’or, Bromont devra avoir un réseau qui va vers tous les générateurs de déplacements. Il manque aussi la connexion vers les lieux de travail, a dit Mme Cabana-Degani, citant en exemple l’aménagement d’une piste qui permettrait aux cyclistes de se rendre directement au stationnement incitatif de la sortie 74 de l’autoroute 10. On voudrait aussi que la communauté adopte davantage le vélo comme mode de transport, qu’il fasse partie du quotidien de la population. » Vélo Québec n’a toutefois pas de statistique précise à ce chapitre, a indiqué la représentante de l’organisation.

D’ici cinq ans

La certification « vélosympathique » argent est valide pour cinq ans. Bromont compte mettre les bouchées doubles pour être la première à obtenir l’or au terme de cet échéancier. « Bromont a déjà tous les facteurs en place pour être capable d’améliorer de façon constante l’environnement, l’éducation et la sensibilisation par rapport à la culture du vélo. On va donc mettre en place des initiatives, des aménagements en faveur des cyclistes. On a maintenant un réseau bien développé. Il faut trouver le moyen pour qu’encore plus de gens adoptent cette culture vélo », a fait valoir la chargée de projet du Parc des sommets et responsable des sentiers, Annie Cabana.

Parmi les critères retenus pour que Bromont obtienne le second échelon de certification de Vélo Québec, Annie Cabana a mentionné la présence de patrouilleurs dans le réseau de sentiers, la mise en place du programme « cyclistes avertis » dans les écoles primaires et d’une panoplie d’événements en faveur du vélo. Le comité de mobilité active, qui oriente le conseil municipal, a également pesé dans la balance, ainsi que les initiatives de commerçants. À ce chapitre, elle a souligné le projet du Dooly’s Bromont, qui implantera sous peu des installations pour laver les vélos près de la piste cyclable. De plus, a-t-elle ajouté, l’hôtel Le St-Martin se démarque avec sa certification « Bienvenue cycliste ! » et son prêt de vélos aux visiteurs.