Bombardier: commande de CRJ pour American Airlines

MONTRÉAL - Bombardier a décroché une commande pour sa famille d’avions CRJ auprès d’American Airlines en plus de conclure une entente pour vendre son site manufacturier de Downsview, à Toronto, ce qui lui rapportera 635 millions $US.

En vertu de l’accord annoncé jeudi avec l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public, l’entreprise québécoise pourra continuer à exploiter cet endroit pour une période maximale de trois ans.

L’avionneur pourra également prolonger son séjour de deux ans en vertu d’options qui peuvent être exercées.

Parallèlement, Bombardier signé un bail à long terme avec l’Autorité aéroportuaire du Grand Toronto pour la location d’un terrain à proximité de l’Aéroport international Pearson de Toronto pour y implanter une nouvelle usine d’assemblage pour les avions d’affaires Global.

«Ensemble, (ces transactions) nous permettent de monétiser un actif sous-utilisé (...) et appuyer davantage le développement économique et la croissance de l’emploi dans la région de Toronto», a fait valoir le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, au cours d’une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du premier trimestre, avant l’assemblée annuelle des actionnaires.

Celui-ci a souligné que Bombardier n’utilisait qu’environ 10 pour cent de ce terrain de 148 hectares. La vente devrait être réalisée au deuxième trimestre.

Bombardier a cinq ans devant elle pour décider du sort de sa chaîne de montage des avions à hélices Q400 à Downsview.

M. Bellemare a assuré que ce programme était toujours important pour le constructeur d’avions et de trains, expliquant aux analystes que les conditions s’amélioraient dans des marchés comme la Chine et l’Afrique.

Contrat et perspectives

Bombardier a par ailleurs confirmé une commande ferme pour 15 CRJ900 - qui sont assemblés à Mirabel - dans le cadre d’un contrat évalué à 719 millions $ selon les prix catalogues.

L’entente comprend également des options pour 15 appareils supplémentaires. Les livraisons devraient débuter au début du deuxième trimestre de 2019.

«Alors que la demande pour les avions de 70 à 90 places augmente, nous croyons que la famille CRJ est bien positionnée», a dit M. Bellemare, ajoutant qu’un cycle de remplacement d’appareils était attendu aux États-Unis.

Par ailleurs, la prise de contrôle du programme de la C Series par Airbus devrait être confirmée avant la fin du deuxième trimestre, puisque les deux avionneurs ont reçu «presque toutes les approbations» réglementaires nécessaires.

Au premier trimestre, Bombardier a livré cinq C Series. La compagnie prévoit livrer 40 appareils cette année.

Des résultats conformes

En ce qui a trait à sa performance au premier trimestre, l’entreprise a affiché un bénéfice net de 44 millions $ US, ou 1 cent US par action, par rapport à 6 millions $ US, ou 0 cent US par action, il y a un an.

Pour la période de trois mois terminée le 31 mars, le chiffre d’affaires s’est établi à 4 milliards $ US, en progression de 12 pour cent.

Abstraction faite des éléments non récurrents, le profit ajusté de Bombardier s’est établi à 35 millions $ US, ou 1 cent par action, comparativement à 38 millions $ US, ou 1 cent US, au premier trimestre l’an dernier.

Les analystes sondés par Thomson Reuters tablaient sur un profit ajusté de 0 cent US et sur des revenus de 3,87 milliards $ US.

En début de séance, à la Bourse de Toronto, l’action de Bombardier se négociait à 4,02 $, en hausse de neuf cents, ou 2,29 pour cent.

Entreprise dans cette dépêche: (TSX:BBD.B)