La ministre de la Santé, Danielle McCann, a précisé que les deux premières heures de stationnement deviendront gratuites et que le maximum quotidien sera fixé entre 7 et 10 $ selon la région, comme le voulait la promesse électorale de la CAQ. Cette mesure concernera les patients et leurs visiteurs, mais pas le personnel.

Bientôt un plafond sur les tarifs de stationnement dans les hôpitaux

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a laissé entendre lundi qu’elle imposera bientôt un plafond sur les tarifs de stationnement dans les hôpitaux, un engagement phare de la Coalition avenir Québec.

Selon ce qu’a insinué la ministre en mêlée de presse, son gouvernement agira sous peu pour réduire les tarifs, mais il ne semble pas encore disposé à les abolir.

Mme McCann a précisé que les deux premières heures de stationnement deviendront gratuites et que le maximum quotidien sera fixé entre 7 et 10 $ selon la région, comme le voulait la promesse électorale de la CAQ. Cette mesure concernera les patients et leurs visiteurs, mais pas le personnel.

Elle a également dit vouloir assurer des tarifs «très, très, très optimaux» pour les personnes nécessitant des traitements réguliers, tels que la chimiothérapie ou l’hémodialyse.

Dans son dernier budget, le gouvernement de François Legault ne prévoyait aucune somme à cet effet, mais il pourrait profiter de sa mise à jour économique prévue le 7 novembre prochain pour remplir sa promesse.

«On va attendre, on ne va pas vendre la mèche», s’est contentée de répondre la ministre McCann lundi.

Pas plus tard que le mois dernier, la ministre soulignait que réduire les tarifs de stationnement dans les hôpitaux n’est pas chose simple puisqu’il faut trouver l’argent nécessaire pour compenser les établissements de santé qui abaisseraient leurs prix.

La facture s’élèvera selon elle entre 100 et 150 millions $.

Dans certains grands hôpitaux de Montréal, une journée de stationnement peut coûter jusqu’à 24 $.